AccueilNovlangue 2140FAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Novlangue est un univers totalitaire inspiré de 1984 (G Orwell)

Ambiance Blade Runer, The Island, Total Recall, et tant d'autres où les libertés sont étranglées...
Chut! Big Brother... La délation est l'arme des cafards...
Bienvenue dans notre Monde!

 

Partagez | 
 

 une cave sous un squat [chez Emilie]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Insurgé
Libre, même dans l'esclavage

Emilie
Féminin
Age : 33
Fan Club RP : 4

Fichier Edvige ♫ ♪♪
<b>Particularité </b> Particularité :
Un peu d'histoire :

MessageSujet: une cave sous un squat [chez Emilie]   Sam 14 Aoû 2010 - 0:57


C'est là que je vis.
C'est là aussi que j'ai ouvert les yeux pour la première fois... enfin, la seconde première fois. Depuis qu'on m'a fait sauter la puce, c'est comme une nouvelle vie, une renaissance. Je ne suis plus la même et je trouve que je le vis plutôt bien.

La déco est sobre : des murs de pierre, de la terre battue et une ampoule électrique.
Oui, c'est une cave. Un cave vide ou presque vide.
C'est avant tout un refuge, un abris anti-excès de plaisir.

Une vieille couverture qui gratte pour ne pas avoir trop froid et ne pas trop avoir et ne pas trop prendre mon pied à la sieste non plus.
Et une bassine en fer rouillée que je vais chercher dehors, sous la gouttière, quand il a assez plu. La toilette non plus ne doit pas être trop plaisante, sans quoi j'y passerais mes journées. Et de toute façon, il n'y a pas l'eau courante dans cette cave. Si vous cherchez les commodités, c'est à l'étage au dessus. Demandez à ceux qui squattent la baraque. Ils sont gentils... quand ils n'ont pas trop bu (ça fait d'ailleurs longtemps qu'il n'y a plus une bouteille dans cette cave). Bah oui, que voulez-vous, la vie est dure pour les hors là loi. Mais ce sont des bons gars. Ils ont veillés sur moi plusieurs mois durant, après que leur "docteur" m'ait libéré de mon ancienne vie à l'aide de son pistolet magique.
Maintenant ils crèchent au dessus mais pas tous les soirs, et ils prennent des nouvelles de temps en temps. A l'occasion on s'échange des trucs trouvés ou chapardés à droite à gauche.
Ils sont même assez sympa pour avoir démonté le verrou de la lourde porte de ma cave pour le remonter de l'autre côté afin que je puisse fermer de l'intérieur et non me retrouver enfermée.

C'est une vieille cave froide et humide, un lieu de vie bien misérable dirons certains.
Mais ils ne savent pas comme il est doux de marcher pied nu là où la terre est une fine poussière agglutinée dont la fraicheur taquine les orteils de bon matin.
Ils ne savent pas apprécier si bien que moi, le calme de l'endroit, idéal pour se reposer des tumultes de la surface.
Certains auraient déprimé à passer tant de temps dans cette pièce close, coupée de la lumière du jour, avec pour seul éclairage une ampoule au bout d'un fil, un peu capricieuse à cause d'un faux contact. Mais cette luciole dans ma tranquillité obscure et moite, je pourrais la contemplée pendant des heures, comme un papillon de nuit posé sur un lampadaire. Ça brille, ça éblouis et quand je ferme les yeux, ça forme reste imprimée sur ma rétine comme un flash lumineux.

Et le pire, c'est en été. Quand dehors il fait une chaleur à crever, rentrer chez moi est un véritable bonheur. L'écart de température en franchissant la porte est tout bonnement jouissif.
Aussi, grâce à l'épaisseur des murs, "l'appartement" est quasi insonorisé. De quoi m'assurer des nuits paisible.

Par contre, faites attention dans le coin au fond à droite, en face de l'escalier. Il y reste des tessons de verre. C'est joli. Selon comment on les éclaire, ils brillent comme des joyaux de fortune. Mais ça coupe.
Enfin de toute façon, à moins de vous assoir là-bas (avec toute la place qu'il y a) ou d'y marcher pied nu, vous ne risquez pas grand chose. En plus je ne vous demanderais pas de vous déchausser à l'entrer. C'est pas comme si vous risquiez de salir la moquette. Au moins, je ne suis pas débordée par le ménage.

Installez-vous, faites comme chez vous. Je vous offre quelque chose ? Une lampée d'eau de pluie de ma bassine rouillée ? Ou alors ce que vous aurez apportez de bon. Mais je suis bête, vous n'avez rien amené. D'ailleurs, vous n'êtes même pas là, il n'y a personne. Par conséquent, normal que vous soyez venu les mains vides. Je ne reçoit pas souvent ici. Alors je me raconte des histoires, en pleine conversation avec les murs. Et ça aussi, c'est drôlement bon, parfois.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
une cave sous un squat [chez Emilie]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

+
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Novlangue est un univers totalitaire inspiré de 1984 (G Orwell) ::  :: Archives de Novlangue :: Novlangue 2040 V1 :: Novlangue -§ Quartiers des Orthodoxes [2040] :: Les bas-fonds [2040]-
Sauter vers: