AccueilNovlangue 2140FAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Novlangue est un univers totalitaire inspiré de 1984 (G Orwell)

Ambiance Blade Runer, The Island, Total Recall, et tant d'autres où les libertés sont étranglées...
Chut! Big Brother... La délation est l'arme des cafards...
Bienvenue dans notre Monde!

 

Partagez | 
 

 Les démons du passé...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

N.O.D
La mort vous va si bien...

Drew Connor
Féminin
Age : 24
Fan Club RP : 1

Fichier Edvige ♫ ♪♪
<b>Particularité </b> Particularité :
Un peu d'histoire :

MessageSujet: Les démons du passé...   Lun 8 Nov 2010 - 16:29

C’était une dure journée qui s’achevait pour Drew Connor. Elle avait passé sa matinée à suivre un suspect potentiel sur une affaire de préparation à la rébellion pour finalement découvrir que ce n’était qu’un pauvre homme victime d’un malentendu. L’après-midi elle l’avait consacré à la recherche et à la divulgation d’informations essentielles sur les N.O.D..

Il était désormais tard et Drew voulait rentrer au plus vite pour oublier.

Oublier… Un mot qu’elle connaissait mieux que personne. Un mot qui la rendait nostalgique et pensive. Un mot qui faisait monter en elle un fleuve de question, une soif de savoir.

Ce soir là, c’était à son père qu’elle pensait. A son père et aux autres. Mais quels autres ? Elle ne le savait pas. Elle voulait se souvenir de quelque chose, de quelqu’un, et voulait se rappeler, mais rien ne venait. Et les renseignements de son carnet de bord étaient trop maigres pour répondre à toutes ses questions.

En fait, ce soir là, elle avait un gros trou dans son cœur. Un trou dû à un manque. Un manque de quelque chose. Un manque de quelqu’un. Un manque d’amour, tout simplement. Elle se demandait si, là bas, aux Etats-Unis, elle avait laissé quelqu’un d’autre que son père. Un homme. Son homme. Qui sait ? Peut-être avait-elle son âme sœur là bas. Peut-être était-elle sensée se marier à son retour. Peut-être, peut-être, peut-être…

Drew secoua la tête pour chasser ses pensés nostalgiques. Rien ne servait de se torturer l’esprit comme elle le faisait. Il fallait qu’elle se reprenne. Après tout, ces événements appartenaient à son passé, à son ancienne vie… Maintenant, elle était quelqu’un d’autre, une nouvelle femme.

Soudain Drew entendit des cris et des rires derrière elle. Elle se retourna et aperçut un petit groupe d’enfants qui couraient dans sa direction. Tous portaient un petit bâtonnet avec un espèce de coton rose : de la barbe à papa.

C’est là qu’elle se rendit compte qu’elle savait ce qu’était la barbe à papa, mais qu’elle n’avait aucune idée de son goût. En effet, depuis sa renaissance, elle ne faisait que redécouvrir toutes les saveurs. Aucune ne lui paraissait familière. Alors aimait-elle la barbe à papa, ou n’aimait-elle pas ?

Le petit groupe passa à coté d’elle sans même la voir. Elle sourit. Un jour, elle avait aussi été comme ça. Mais comment ? A quoi avait-elle ressemblé ? Avait-elle été gentille ? Ou bien méchante ? Un des enfants tomba à coté d’elle tandis que ses amis continuaient à courir. Elle s’approcha de l’enfant et s’accroupit près de lui.

- Rien de cassé ?

Le garçon, pris de peur, se releva et courut pour rejoindre ses copains, laissant derrière lui sa barbe à papa. Drew regarda la friandise par terre, et fut prise d’une soudaine envie de goûter malgré qu’elle fût au sol. Elle céda à la tentation et en arracha un bout qui n’était pas sale et le mit en bouche. La substance fondit au contact de la salive, et un délicieux goût s’empara de la bouche de la jeune femme. Un goût simple et doux. Le goût du sucre avec une note de fraise.

La fraise… L’insurgé qu’elle avait capturé le mois d’avant aimait la fraise. Il le lui avait dit. Comme il lui avait raconté tout ce qu’elle ne savait pas. Elle regrettait d’avoir été tant aveugle… Si elle avait vu tout ça par elle-même, elle n’aurait jamais capturé cet homme. A cause d’elle, il avait subit des tas d’horreurs. A cause d’elle il avait été séparé de sa famille. A cause d’elle il avait disparu. Qui sait ce qu’il était devenu. Peut-être avait-il était tué et jeté aux ordures. Peut-être avait-il été implanté. Peut-être était-il devenu le cobaye des mentalistes. Peut-être, peut-être, peut-être… Elle en revenait toujours à ce peut-être… Elle se posait trop de questions qui lui bousillaient l’esprit.

Elle secoua à nouveau la tête et continua à marcher. Ce qu’elle ignorait d’autre, c’est que ce soir là, elle ferait une rencontre qui bouleverserait sa nouvelle vie…

_________________
"Ta gueule ou je te broie les couilles jusqu'à ce que leur jus coule entre mes doigt!" D.C
"On nait pour vivre, on vit pour mourir, on meurt pour avoir vécu" A.P.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mentaliste
Le destin bat les cartes, nous jouons

Lester
Masculin
Age : 24
Mes RPs :

Fan Club RP : 32

Fichier Edvige ♫ ♪♪
<b>Particularité </b> Particularité :
Un peu d'histoire :

MessageSujet: Re: Les démons du passé...   Lun 8 Nov 2010 - 17:09

[après les harbours]

La nuit était était fraîche, même si, contrairement à ce qu'aurait cru Lester, elle n'était pas encore bien entamée. Vingt-deux heures tout au plus. Mais même nocturne, les Minguettes restaient les Minguettes et un flot incessant de mafieux en tout genre déambulaient dans les rues. Leurs pas étaient rapides et bien souvent, les néons fluos n'éclairaient que peu leurs visages sévères.
La plupart des échoppes étaient encore ouvertes alors que le temps de travail ne faisait que commencer pour toute la gente féminine peu vertueuse.

Soudain, un homme se mit à hurler. Il arborait une moustache fournie d'une autre époque ainsi qu'un tablier défraîchi. Ses mains, grosses comme une patte d'ours, enserraient fermement la manche d'une combinaison en vinyle blanche, plus grisâtre que blanche d'ailleurs. Elle appartenait à un homme au visage émacié, à l'allure instable et aux courts cheveux noirs. Un filet de sang séché couvrait sa nuque où saillaient de petits bouts de verre (un reste de bouteille de bière) et coulait depuis la commissure de ses lèvres. Il avait l'air hagard, presque mort, pourtant, ses paroles restaient à peu près lucides, dans la mesure où elles pouvaient l'être.
- L'échope malte c'est pas un lieu pour les clochards, alors tu trouves un autre coin pour faire la manche ! s'époumonait-il, Je veux pas de ça chez moi ! Et t'as pas intérêt à squatter mon bout de trottoir devant l'établissement : c'est privé. Tu piges ?!

Lester lui lança un regard haineux, et, en tentant de se dégager de son étreinte, faillit chanceler au sol. Ses jambes maigres ne paraissaient plus vouloir le tenir.
- Tu vas voir, je vais, je vais... Je sais pas ce que je vais te faire, mais tu va en baver le gros, tu va. Hé ! Tu sais qui t'as devant toi ? Je suis un mentaliste okay ? Ben écoute, je vais t'en faire baver, tu verras. T'auras le gouvernement au fion ! Hé ouais !
Le moustachu haussa un sourcil avant d'éclater de rire en fermant rapidement la porte de son bar, laissant Lester, seul et ahuri, au milieu de la route par un symbolique « Et Svetlana la bonne du curé, oui, je sais. Cuve bien bouffon.

L'homme n'eut pas le temps de comprendre que des gamins turbulents le poussèrent. Il réussit, encore une fois, à rester à un mètre quatre-vingt sept au dessus du sol. Miracle. Vraiment, leurs parents ne pouvaient pas surveiller leur marmaille. Et que faisaient-ils à cette heure à jouer dans un des quartiers mal famé de Novlangue ?

Lui d'ailleurs, que faisait-il ? Il était simplement venu se traîner ici, depuis les Harbours. L'envie de faire quelque chose de censé ne le titillaient pas, et, s'il était venu dans le coin, sans doute était-ce pour noyer sa douleur et son désespoir dans un verre d'alcool. Il ne buvait que rarement, mais il fallait croire que toutes ces péripéties avaient asséché son gosier... Mais la honte de ne pas être craint, d'être même traité de clochard, avait fait passé l'envie.

Pff, vraiment la honte. Personne ne le prenait au sérieux. Et ressemblait-il tellement à une loque, pour n'inspirer que du mépris ?

Ne subsistait donc qu'un vide en lui, qu'un cadavre décharné qui marchait le long du trottoir. Sa tête tournait et était brûlante tandis qu'il frissonnait de froid : on lui avait volé sa veste, enfin, il s'était plutôt laissé voler sa veste. Nuance.
Alors, encore à moitié grisé par les substances illicites absorbées quelques minutes auparavant, il se laissa dériver dans la marée humaine.

Peut-être la vit-il, cette femme aux cheveux rouges qui ne marchait que la tête baissée. Peut-être, du moins ne garda-t-il de son premier souvenir d'elle, que sa mine renfrognée quand il lui rentra dans le lard...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://froucle.e-monsite.com/

N.O.D
La mort vous va si bien...

Drew Connor
Féminin
Age : 24
Fan Club RP : 1

Fichier Edvige ♫ ♪♪
<b>Particularité </b> Particularité :
Un peu d'histoire :

MessageSujet: Re: Les démons du passé...   Lun 8 Nov 2010 - 17:55

Autour d'elle, les gens se préssaient de rentrer chez eux avant qu'il ne fasse totalement noir. Elle, elle marchait lentement. Finalement, elle n'était plus aussi impatiente de retourner à son appartement. Pourquoi le serait-elle? Après tout, qui l'y attendait? Personne. Juste le silence et l'angoisse de la solitude... Ces chose qu'elle ne pouvait plus supporter.

Alors elle prenait tout son temps pour traverser les Minguettes. Afin de réflechire. A quoi? A tout. A son passé, comme toujours. A son présent. Mais aussi à son futur. Qu'allait-il advenir d'elle si elle continuait ses magouilles? On la tuerait, ou bien on l'utiliserait aussi pour les expériences des mentalistes. Elle suivrait sans doute le même chemain que cet insugé...

Elle allait en revenir à ses pensés morbides sur ce pauvre homme lorsqu'on la heurta violement dans le dos et qu'elle s'étala au sol dans un petit cris.

Son premier reflexe fut d'engueuler l'homme qui l'avait sauvagement projeté à terre.

- Mais vous ne pouvez pas faire attention! rala-t-elle. Regardez donc ou vous mettez les pied!

C'est alors qu'elle apperçut le sang dans la nuque de ce grand type. Elle vit aussi qu'il restait des morceaux de verre dans la plaie. Qui avait bien pu lui faire ça? L'avait-il mérité? Devait-elle se méfier de lui?

Pas le temps pour les questions. Si elle ne faisait rien pour cet homme, la blessure risquerait de s'agraver et de s'infecter.

Elle se releva péniblement puis avança une main hésitante vers la blessure.

- Ca doit faire mal... Il faut enlever les morceaux de verre! Venez, je vais vous aider... Mais qui vous a fait ça?

_________________
"Ta gueule ou je te broie les couilles jusqu'à ce que leur jus coule entre mes doigt!" D.C
"On nait pour vivre, on vit pour mourir, on meurt pour avoir vécu" A.P.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mentaliste
Le destin bat les cartes, nous jouons

Lester
Masculin
Age : 24
Mes RPs :

Fan Club RP : 32

Fichier Edvige ♫ ♪♪
<b>Particularité </b> Particularité :
Un peu d'histoire :

MessageSujet: Re: Les démons du passé...   Lun 8 Nov 2010 - 18:11

Et la femme s'étala au sol. Il aurait pu trouver cela drôle, dans une autre situation, mais dans l'état de semi-conscience dans lequel il était plongé, il se surprit à avoir encore assez de force pour renverser une jeune femme.
Il a mal, ça le tire dans la nuque. La sensation prend effet du bout de ses doigts et remonte jusqu'à son cou où ça le brûle. Il sent des petits crocs dans sa chair qui le mordent. Il a un peu peur, il n'ose pas passer le doigt sur sa peau boursouflée.
Au moins, l'alcool aura-t-il désinfecté la plaie, quelque temps. Quoique, par les temps qui courraient, on ne pouvait pas vraiment savoir ce qu'ils mettaient dedans. Mieux valait en effet ne pas savoir, de peur de déchanter.
Mais la question n'était pas là : la femme était toujours à terre.

Il aurait bien aimé l'aider à se relever, mais elle était relativement souple et se remit sur ses pieds en moins de temps que l'idée ne mit à germer au milieu de ses neurones endormis.
Évidemment, elle n'est pas heureuse. Elle met ses mains sur ses hanches et le sermonne.
Il ne semble pas concerné, regarde sans la voir son visage, s'attarde un instant sur ses yeux, ses paupières tourbillonnantes. Il reste un moment à contempler en rêvant les lobes de ses oreilles.

Oui maman, bien maman. Oui, oui !
En d'autres occasion il aurait rit, rit à propos de la mère qui ne l'avait jamais engueulé, même le père d'ailleurs. Ce qu'il n'aurait pas donné, pour que quelqu'un l'engueule comme cela nuit et jour, lui donne des coups de pieds dans le cul de temps en temps, le fasse avancer, ou bien lui donne un peu d'amour. Mais non, il n'y avait rien eu à faire : quand on nait malchanceux, on le reste.

Son visage s'adoucit. C'est fou comme la couleur de ses cheveux est drôle ! A la lumière violette d'un néon, elle lui apparaît rosacée. Déroutant, extraordinaire.
- C'est une teinture, ou c'est naturel ? laisse-t-il échapper.

Il baisse honteusement les yeux tout en soupirant. Ce qu'il peut être con parfois ! Bien sur que c'est une teinture ! Et quel rapport avec la situation ? Elle va le prendre pour un débile mental désormais. Quoique... ça revient relativement au même... Mais bon, il n'a pas fait exprès, sa bouche a parlé toute seule.
Alors il s'ignore soi-même, il balaye de son esprit cette parole vaine, et déjà, elle n'existe plus. Ce n'était qu'un rêve, une illusion.

- Ca doit faire mal... Il faut enlever les morceaux de verre! Venez, je vais vous aider... Mais qui vous a fait ça?
Il a son mot à dire, ou elle compte le kidnapper et l'opérer contre son gré ? Qui est-elle, pourquoi veut-elle l'aider ? Qu'a-t-elle dans la tête ?
Okay, il est shooté, légèrement, mais tout de même ! Il n'est pas né de la dernière pluie ! Est-ce une trafiqueuse d'organe, une automate en quête de sa prochaine proie, une veuve noire ou bien tout simplement... une personne charitable ?
La dernière option n'est pas à négliger, même si elle lui semble terriblement surréaliste. Pour un peu, il s'enfuirait en courant. Mais il ne le fait pas car il a trop mal et courir nécessite des forces qu'il n'a plus. Il a juste froid : en fait, il crève de froid ! C'est que l'ère glaciaire se rapproche...

Donc elle lui propose de l'aider. Ses yeux s'arrondissent et il lui demande, farouchement :
- Où ? Hé, ça va pas, me touchez pas ! Ca fait mal ce truc !
Il recule. Autours d'eux, les gens marchent sans leur adresser le moindre regard. Pour Lester ils ne sont qu'illusions. Ne subsiste que lui et la belle inconnue un peu trop charitable.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://froucle.e-monsite.com/

N.O.D
La mort vous va si bien...

Drew Connor
Féminin
Age : 24
Fan Club RP : 1

Fichier Edvige ♫ ♪♪
<b>Particularité </b> Particularité :
Un peu d'histoire :

MessageSujet: Re: Les démons du passé...   Lun 8 Nov 2010 - 18:57

Drew sursauta tant cette remarque fut agressive. Elle voulait l'aider. Elle voulait juste l'aider, et c'est ainsi qu'il réagissait! Cet homme était décidément très désagréable. Elle ne lui avait parlé que quelques secondes et pourtant elle ne l'aimait déjà pas. Après les remarques déplassées sur ses cheveux et ce rejet catégorique elle ne pouvait que ne pas l'aprécier.

Elle sentit la colère monter et se retaint fortement de ne pas lui en décrocher une. De toute façon elle ne ferait pas le poids contre un géant comme lui. Le gifler lui aurait plus fait mal à elle qu'à lui.

Et puis, qu'allait-il imaginer par son "Où"? Qu'elle allait profiter de son affaiblissement pour l'enlever et le violer? Quelle idée saugrenue! Elle n'était pas de ce genre là. Surtout depuis... Depuis l'incident, car c'est ainsi qu'elle appelait le jour de son viol. Ce jour où elle a été profondément humiliée. Ce jour où elle a perdu sa dignité...

Elle ne savait pas vraiment comment réagir face à cet homme à moitier sonné. Elle ne savait pas si elle devait tous mettre sur le compte de la fatigue, de l'épuisement et de la douleur, ou bien de la stupidité.

Alors elle fit son choix. Parce qu'il avait était odieux avec elle, elle lui lança:

- Puisque vous refusez mon aide, démerdez-vous tout seul! J'espère pour vous que ça s'infectera et que vous crèverez et que votre cadavre se fera bouffer par le asticots! Sur ce, je m'en vais chez moi où je vous oublierais tandis que vous mourerez de froid et des suite de vos blessures! Adieu!

Elle se retourna et entama sa route vers la solitude.

Elle fit deux pas qu'elle fut prise d'une soudaine pitier pour ce pauvre homme. Il n'avait sûrement pas demandé ce qu'il lui arrivait. Elle aurait peut-être aussi réagit comme il l'avait fait. Après tout, elle ne savait pas ce qui s'était passé pour qu'il s'eu pris un coup de bouteille.

Elle fit volte face et pointa son index vers l'homme:

- Premièrement: mes cheuveux sont naturelement rouge; deuxièmement: je ne suis pas une violeuse; et troisièmement: je ne veux pas avoir votre mort sur la conscience! Alors gardez vos protestation pour vous parce que je vous soignerais cette plaie coûte que coûte!

Silence...

- Ok, je vois qu'il n'y a pas d'objection. Alors je me présente: je suis le capitaine Drew Connor. Et vous? Qui êtes-vous? Et que vous est-il arrivé?

_________________
"Ta gueule ou je te broie les couilles jusqu'à ce que leur jus coule entre mes doigt!" D.C
"On nait pour vivre, on vit pour mourir, on meurt pour avoir vécu" A.P.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mentaliste
Le destin bat les cartes, nous jouons

Lester
Masculin
Age : 24
Mes RPs :

Fan Club RP : 32

Fichier Edvige ♫ ♪♪
<b>Particularité </b> Particularité :
Un peu d'histoire :

MessageSujet: Re: Les démons du passé...   Mer 10 Nov 2010 - 21:03

Ouf, soulagement, elle partait. Et blablabla... Oui maman. D'ailleurs, il hochait insensiblement la tête, les yeux dans le vague. Avait-elle conscience qu'il n'avait plus vraiment la totalité de ses facultés mentales, qu'il était un peu cotonneux ? En fait, avait-elle seulement conscience de ne parler qu'à un mur de béton ?
Donc elle foula les talons, l'air hautaine, presque haineuse. Elle lui jetait à la figure qu'il n'était rien pour elle, qu'il n'avait qu'à mourir au coin d'une rue !
L'homme haussa les sourcils, perplexes : il ressemblait tellement à un clochard ? Son sang se mit alors à bouillir dans ses veines : il aimerait bien mourir, oui, mais elle n'était pas obligée de sous-entendre qu'il n'était qu'un raté, il n'avait pas eu besoin d'elle pour arriver à ce constat. C'était cruel et sadique, de remuer le couteau dans la plaie. Lester se mit à réagir, à éprouver un semblant d'émotion. Ses yeux se voilèrent d'une legère pellicule humide – sans qu'il ne pleure tout de même – tout en se posant sur le déhanché souple de la femme. Au moins y avait-il quelque chose d'agréable à regarder, qui lui redonnait un peu le sourire.

Puis elle se retourna, et revint à la charge.
Il baissa la tête en soupirant : n'était-ce donc pas fini, la torture ? Quand pourrait-on le laisser en paix, qu'il puisse effectivement mourir de froid à l'angle d'un bordel en ruine ?

- Premièrement: mes cheveux sont naturellement rouge; deuxièmement: je ne suis pas une violeuse; et troisièmement: je ne veux pas avoir votre mort sur la conscience! Alors gardez vos protestation pour vous parce que je vous soignerais cette plaie coûte que coûte!

Subsista une seconde de temps mort après sa réplique, avant que Lester ne sèche en vitesse ses yeux humides et que ses lèvres abimées se mettent à former un sourire. Voilà qu'elle le faisait presque rire ! Son ton était froid, acerbe, mais elle le faisait rire ! Ou du moins sourire. Avec telle furie, il ne se serait pas permis de rire pleinement : il n'était pas encore assez mal en point pour se laisser submerger par la folie.

Des vrais cheveux rouges, une vraie femme charitable et une vraie « capitaine ». Mon dieu, il n'était pas tombé sur la première prostituée venue. Non. Carrément, miss Capitaine sm pour riche novlanguais. Il fallait voir sa tenue, toute de cuir, avec un vrai chapeau et un vrai insigne américain. Un superbe déguisement, surement onéreux. Par contre, il ne comprenait pas pourquoi elle s'acharnait sur un client aussi désargenté et inintéressant que lui, pour le « soigner » ? Heum... Traduction officieuse ?

Ça devenait de plus en plus louche cette affaire, surtout si elle commençait à lui parler de viol. Quoi, ya un client riche qui veut la voir mutiler un clochard ? Ça devient de plus en plus affreux tout ça, et ça sent le roussi, pire que le trafic d'organe. Avec ça, au moins, on sait à quoi s'attendre.

Lester roula des yeux avant de reculer et de se mêler à la foule. Il rebroussa chemin, marchant de plus en plus vite.
Surtout, ne pas paniquer, éviter le folle. Il jeta un regard par dessus son épaule et constata qu'elle ne l'avait pas suivi, ou du moins ne l'avait-il pas remarqué.
Alors, à bout de souffle, fatigué d'avoir traîné sa loque de corps, il tourna et se retrouva sur une petite place, devant une série d'immeubles. Un endroit tranquille, dortoir des mafieux en tout genre. La nuit, ils sont en vadrouille donc c'est assez calme. Et il y avait un banc, ou un truc en pierre qui y ressemblait vaguement. C'était froid quand on s'y asseyait, aussi froid que l'air qui cinglait son visage, mais c'était mieux que de ahaner comme un fou debout.
Alors il mit ses mains sur ses tempes qu'il se mit à masser : sa tête lui donnait l'impression d'exploser et c'était sans doute le seul endroit de son corps qui dispensait encore de la chaleur. Le reste de son corps était gelé et il tremblait de froid.
Il était tout de même heureux d'avoir échappé à cette femme louche, de peur de se retrouver dans une situation qui le dépassait. Il avait beau prendre des risques, il y avait des morts qui le satisfaisaient moins que d'autres...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://froucle.e-monsite.com/

N.O.D
La mort vous va si bien...

Drew Connor
Féminin
Age : 24
Fan Club RP : 1

Fichier Edvige ♫ ♪♪
<b>Particularité </b> Particularité :
Un peu d'histoire :

MessageSujet: Re: Les démons du passé...   Jeu 11 Nov 2010 - 0:53

Décidement, cet homme était incompréhensible. Voilà qu'il la plantait là... Drew ne sut comment réagir à cette fuite si soudaine. Elle regarda l'homme s'éloigner dans la foule sans pouvoir bouger. Puis elle fut seule. Seule parmis la foule. Elle crut un instant que tout cela n'avait été qu'une illustion. Un rêve éveillé. Sans doute dû à sa longue et dure journée. Mais elle se resaisit. Tout cela avait paru trop vrais et trop fou pour n'avoir été qu'une simple invention de son esprit.

Alors un flux de questions se bousculèrent dans la tête du capitaine. Encore ces questions... Elle passait son temps à s'en poser. Mais que serait la vie sans questions? Si on savait tout? Les questions, ça occupe l'ésprit. Ca insite à réfléchir. Ca aide à avancer... Mais celle que Drew se posait ne trouvaient pas toujours des réponses.

A cet instant là, elle se demandait ce qui lui avait prit à cet inconnu de la fuire ainsi. Lui avait-elle fait peur? Qu'elle drole d'idée! Même affaibli comme il l'était, il aurait pu la mettre KO. Mais peut-être que le statue de capitaine l'avait-il inquiété. Peut-être était-il recherché, et qu'il pensait qu'elle tentait de le coincer... Ou peut-être qu'il avait tout simplement fuit parce qu'il ne voulait pas de son aide...

Mais ce n'était pas comme cela qu'il allait être débarassé d'elle, avait-elle soudainement décidé. Il avait besoin d'aide et elle pouvait lui en fournir. Elle voulait absolument le soigner. Quelque chose l'insitait à le faire. Après tout elle n'avait plus rien à perdre alors s'il devait lui arriver quelque chose...

Elle se lança donc à la poursuite de l'inconnu, qui avait déjà une bonne longueur d'avance. Il y avait peu de chance qu'elle le retrouve parmis la masse humaine qui circulait dans les rues mais elle avait le présentiment qu'elle le retrouverait.

Elle continua encore à avancer sur de longs mètres pour enfin déboucher sur une petite place tranquille décoré d'un unique banq en pierre sur lequel était assis le blessé. Il n'avait vraiment pas l'air bien. Il était posé là, recroquevillé, les yeux fermés, et se massant les tempes.

Elle s'avança silencieusement et se posta devant lui. Elle sortit alors de sa poche une plaquette de pillules blanches qu'elle lui tendit en disant:

"Tenez, prenez ça. Ca va soulager vos maux de tête..."

_________________
"Ta gueule ou je te broie les couilles jusqu'à ce que leur jus coule entre mes doigt!" D.C
"On nait pour vivre, on vit pour mourir, on meurt pour avoir vécu" A.P.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mentaliste
Le destin bat les cartes, nous jouons

Lester
Masculin
Age : 24
Mes RPs :

Fan Club RP : 32

Fichier Edvige ♫ ♪♪
<b>Particularité </b> Particularité :
Un peu d'histoire :

MessageSujet: Re: Les démons du passé...   Jeu 11 Nov 2010 - 16:50

Lester ronchonnait tout en frissonnant. Il ne vit pas la femme arriver dans son champs de vision. Eut-il conscience de sa présence que lorsqu'il entendit ses talons frapper la pierre quand elle s'immobilisa devant lui. De très joli bottes cela dit, puisqu'en regardant par terre, il avait maintenant vu sur elles. Talon vertigineux, cuir noir, lacets serrés.
Capitaine Connor.
Il songeait à la fouleur que pouvaient faire de tels talons s'ils s'enfonceraient à un endroit précis de son anatomie. Il en arriva à la conclusion qu'il vaudrait mieux se montrer poli avec la dame, et lui dire « Capitaine ». Mieux valait ne pas expérimenter la douleur.

Alors il leva la tête. Elle était tellement proche de lui, et lui courbé, qu'il la voyait en contre-plongé. Pas mal, si on ne lésinait pas sur les deux monts proéminents, serrés dans leur carcan luisant.
Il se prit à sourire, oubliant un instant le froid qui contractaient ses muscles en spasmes.

"Tenez, prenez ça. Ça va soulager vos maux de tête..." lui dit-elle finalement.
Elle venait de lui tendre une plaquette de pilules, des pilules d'un blanc immaculé.

Aussitôt, l'attention de Lester ne se concentra plus que sur ces uniques pilules. Déjà, comme Pavloff, ses glandes salivaires se mirent en marche et ses yeux lorgnaient sur les pastilles.
Pour une fois que c'était à lui qu'on les lui proposait...
En voilà une femme qui savait parler aux hommes ! C'était le mot magique, les seuls objets susceptibles d'acheter sa conscience, car, même s'il s'agissait de puissants somnifères, cela n'avait plus d'importance. Tout à coup, il sentait, grâce à ce geste, qu'ils étaient de la même appartenance...

Il avait donc assez confiance pour les accepter et laisser de côté toutes les idées et suppositions qu'il se faisait envers la Capitaine Connor.

- Me soulager...Hum... répondit-il un peu gauchement en se saisissant de la plaquette, la main légèrement tremblante.
Déjà il observait les pilules de plus près, en ouvrit une, rependit son contenu sur son bras pâle, puis réussit (avec difficultés), à sniffer la poudre.
Au moins, cela passerait directement dans le sang !

- Assoyez-vous très chère, je vous en prie dit-il un peu ironiquement en lui faisant un geste vers le banc, assez grand pour deux personnes.
Il aimait à utiliser des mots et expressions saugrenues. Cela contrastait avec l'attitude misérable de sa personne... Il trouvait toujours cela amusant, déroutant.
Et il pouvait se montrer très poli, avec les dames, lorsqu'il n'était pas préoccupé par le manque, et lorsqu'on se faisait également sympathique envers sa personne... Après tout, donnant/donnant ! Pourquoi s'embêter pour un malotru ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://froucle.e-monsite.com/

N.O.D
La mort vous va si bien...

Drew Connor
Féminin
Age : 24
Fan Club RP : 1

Fichier Edvige ♫ ♪♪
<b>Particularité </b> Particularité :
Un peu d'histoire :

MessageSujet: Re: Les démons du passé...   Jeu 11 Nov 2010 - 17:25

Les yeux de l'inconnu s'illuminèrent lorsqu'ils se posèrent sur la tablette de pillule. Ces médicament avaient plus d'effet sur lui que des bonbons sur un enfant. Il s'empara de la plaquette et en sortit un cachet. Drew se grimaça et se retint de faire une reflexion lorsqu'il réduit en poudre le médicament et le sniffa comme de la cocaïne.

*Un drogué*, comprit-elle.

Son état de faiblesse n'était peut-être pas seulement dû à sa blessure. Peut-être y avait-il une part de manque. D'où les questions idiotes, et cette semi-léthargie... Jusqu'où pouvait-il aller pour un peu de drogue? Et comment en était-il arrivé là? Etait-cer un de ces type qui ne vie que pour les petites pillules et la poudre? Ces gens là, Drew savait qu'il fallait s'en méfier. De plus, elle n'était même pas armée pour se défendre, car les insurgée ne souaitaient pas qu'elle vienne en Lara Croft, de peur qu'en fait elle leur tende un piège. Alors la voilà en simple civile. A la porté de n'importe quel malfaiteur. A la porté de cet homme étrange. Pourtant, elle n'avait aucunement l'intention de partir. Quelque chose la retenait ici. Une petite voix qui lui disait: "tu ne risques rien, il ne te fera aucun mal. Aides-le."

Alors lorsqu'il lui proposa de s'assoire, même si c'était d'une manière assez ironique, elle ne se fit pas prier. Elle se posa gracieusement à coté de lui et croisa les jambes.

- Alors? Vous ne m'avez pas répondu tout à l'heure: comment vous appelez-vous? Il faut bien que je connaisse votre nom si vous veniez à mourir en ma présence.

Elle le regarda et lui sourit timidement. Elle essayait de le mettre en confiance pour pouvoir engager une conversation plus apronfondie ce ce qui s'était passé, et pour peut-être le soigner si tout se passait bien.

_________________
"Ta gueule ou je te broie les couilles jusqu'à ce que leur jus coule entre mes doigt!" D.C
"On nait pour vivre, on vit pour mourir, on meurt pour avoir vécu" A.P.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mentaliste
Le destin bat les cartes, nous jouons

Lester
Masculin
Age : 24
Mes RPs :

Fan Club RP : 32

Fichier Edvige ♫ ♪♪
<b>Particularité </b> Particularité :
Un peu d'histoire :

MessageSujet: Re: Les démons du passé...   Jeu 11 Nov 2010 - 18:31

Lester vit, tandis qu'il aspirait par le nez un peu de poudre blanche, le regard embarrassé de la femme. Il avait remarqué la légère coloration rouge de ses joues, coloration visible grâce au réverbère au dessus de sa tête. Elle était même mignonne, comme ça, à tourner la tête pour ne pas le regarder. Elle était gênée de son attitude à lui. Apparemment, elle ne s'attendait pas à avoir la confirmation crue qu'il était un drogué.
Mais elle ne risquait rien, Lester, même shooté, était juste stupide, et jamais il n'avait fait preuve d'une quelconque agressivité, sauf si on lui volait ses pilules.
Pour le moment, il sentait leur poids sécurisant contre sa cuisse hérissée de chair de poule, à côté de sa matraque.

Une fois terminé, elle lui lança un petit sourire, toujours un peu coincée. Il voyait qu'au moindre geste brusque, elle reculerait habilement. Elle décortiquait minutieusement chacune de ses actions. Cette espèce de peur le fit rire intérieurement. A par la taille, avait-il quelque chose d'intimidant à ce point ?

- Alors? Vous ne m'avez pas répondu tout à l'heure: comment vous appelez-vous? Il faut bien que je connaisse votre nom si vous veniez à mourir en ma présence.
Elle se forçait à lui parler.
Soit, elle était polie, elle faisait un effort, malgré sa peur. D'ailleurs, elle était même sacrément courageuse pour rester encore avec lui, et sur cette place déserté, preuve d'un certain cran. Cela lui plaisait bien. D'un côté, elle n'avait pas lâché le morceau depuis qu'elle lui avait mis le grappin au milieu de la foule.
Il remarqua aussi ses petits regards en direction de sa cuisse à elle, comme si elle avait l'habitude d'y avoir une arme. Pas rassurée, de ne pas l'avoir sous la main.
Un sourire étira ses lèvres, un sourire franc, peut-être teinté de moquerie.
Lui aussi n'avait plus son flingue, puisqu'une certaine femme le lui avait volé, son beau pistolet solaire. Avec lui, rien de tout cela ne serait arrivé. Il fallait croire qu'il n'était pas le seul à qui cela arrive !

- Vous ne devriez pas traîner dans un coin pareil, surtout pour une jeune femme telle que vous... Enfin, vous avez assez d'arguments... La prochaine fois, essayez donc un peu de les cacher. Simple conseil. Pour ma part vous n'avez rien à craindre de moi. Déjà parce que je suis encore dans un état de lucidité suffisant, et que même drogué, je « n'agresse » que les femmes et les hommes consentant.
Il n'avait pas réellement répondu à la question, et il était simplement content, de se reposer un peu.
Il laissa son regard se perdre dans le lointain avant de se retourner à nouveau vers son interlocutrice. Ses cheveux paraissait toujours aussi flashs. Naturels se rappela-t-il, ce qui ne fit qu'étirer ses lèvres sanglantes en un sourire plus grand encore.

Lester, Lester tout court susurra-t-il.
Même les meilleures choses ont une fin...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://froucle.e-monsite.com/

N.O.D
La mort vous va si bien...

Drew Connor
Féminin
Age : 24
Fan Club RP : 1

Fichier Edvige ♫ ♪♪
<b>Particularité </b> Particularité :
Un peu d'histoire :

MessageSujet: Re: Les démons du passé...   Jeu 11 Nov 2010 - 19:19

Ne pas le craindre. C'était beaucoup dire! Il était difficile de faire confiance à un géant plus pâle qu'un mort, dans un état déplorable. Qui sait si la personne qui lui avait fait ça ne l'avait pas agressé pour se defendre du drogué qui sommeil en lui? Peut-être que cette personne était morte à l'heure actuelle, en traint de pourir dans un coin pommé. Cette pensé provaqua des frissons dans tout le corps de Drew.

Elle s'éforça de rigoler à la "blague" de l'inconnu sur le consentement des personne qu'il agressait. D'ailleur, l'accent qu'il avait mit sur le mot "agresse" était assez suspect. Que sous-entendait-il? Connor ne préférait pas le savoir, car si ça devait lui arriver, il était trop tard pour battre en retraite. Il faisait nuit noir, la place était déserte, personne pour entendre ses appels au-secour...

Elle regarda l'homme se perdre dans l'immensité de l'infini, et se demanda à quoi il pouvait bien penser. Cherchait-il un moyen de l'éliminer? Ou bien de lui prouvait ce qu'il disait? A moin que cette "conversation" avait fait remonter en lui un triste souvenir...

Alors il se retourna vers elle. Elle se sentit bête de le contempler ainsi, comme un animal étrange qu'on vient de découvrir.

Lester... Alors c'était ainsi qu'il s'appelait... Lester... Ca sonnait bien. Comme le nom d'un parfum. Un bon parfum pour homme. Fort et délicat à la fois. Qui pouvait embomait une pièce et pourtant n'agréssait pas le nez...

Elle sourit à cet homme dont elle ne connaissait maintenant que le nom. Elle était contente qu'il s'ouvrit à elle. Rien que le fait qu'il se présente la rassurait. Elle commençai à se décrisper et à penser que la petite voix avait raison: cet homme ne lui ferait aucun mal.

- Et bien, Lester tout court, fit-elle gentiment, que vous est-il arrivé pour que vous vous retrouveriez dans un tel état?

_________________
"Ta gueule ou je te broie les couilles jusqu'à ce que leur jus coule entre mes doigt!" D.C
"On nait pour vivre, on vit pour mourir, on meurt pour avoir vécu" A.P.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mentaliste
Le destin bat les cartes, nous jouons

Lester
Masculin
Age : 24
Mes RPs :

Fan Club RP : 32

Fichier Edvige ♫ ♪♪
<b>Particularité </b> Particularité :
Un peu d'histoire :

MessageSujet: Re: Les démons du passé...   Jeu 11 Nov 2010 - 19:50

Lester avait froid, il grelottait. Liza, la fille de la ruelle, lui avait volé sa veste, sa veste si blanche, avec le col en hermine synthétique. Mon dieu, qu'il l'avait payée chère cette veste, et qu'elle était chaude. Tout à coup il la regrettait, beaucoup même. Il avait d'abord eu pitié de cette fille, un peu bizarre, de cette insurgée des rues. Il le lui avait donné gentiment, son manteau. Et elle avait essayé de le tuer, d'un coup fourbe de bouteille, sur la nuque. Voyant qu'il était encore en vie, elle s'était enfuie en courant.
Fourbe, vipère, traîtresse !

Il avait si froid, tellement envi de retrouver son chez-soi, de se laisser tomber sur son lit et de s'enrouler autours des couettes. Tellement mal à la tête aussi, tellement brûlante.
Un gémissement se bloque dans sa gorge, il a l'impression de suffoquer, de manquer d'air.

Il ne sait plus où il est ni ce qu'il fait, alors il se relève, chancelant. Il chancèle tellement qu'il tombe : ses jambes frêles ne le portent plus du tout.
-Euh... Je... je.. pas très...
Traduction : je ne me sens pas très bien.

Ce fut tout ce qu'il réussit à articuler dans l'espèce de coton qui lui servait de bouche, avant de définitivement perdre l'équilibre.
Les ondes redoublaient et son crâne n'était plus qu'un micro-ondes. Ses mains s'étaient crispés sur ses tempes, les massaient avec acharnement tandis que les ongles se plantaient dans la peau fine tout en se crispant sur les cheveux courts. Sa bouche était déformée par un rictus de souffrance.

En plus, chaque mouvement le tirait jusque dans la nuque.

Mais du fait de l'expérience acquise depuis de nombreuses années de cam, Lester se rattrapa, ou du moins limita la casse. Il se retrouva à se tenir au lampadaire, le tenant fébrilement dans sa paume calleuse, l'enserrant avec autant de désespoir qu'un noyé à sa bouée.
Et les ténèbres se faisaient plus pénétrants. Sa vision se brouillait et il entendait une myriade de noms, de voix, de souffles rauques. ils ne les connaissaient pas, et l'on aurait dit qu'ils étaient des milliers ! Il avait peur, il ne voulait pas qu'ils lui parlent, non !

Drew n'existait plus. Il ne pouvait pas l'entendre de toute manière.
- Non mais laissez-moi, je veux pas mourir en fait !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://froucle.e-monsite.com/

N.O.D
La mort vous va si bien...

Drew Connor
Féminin
Age : 24
Fan Club RP : 1

Fichier Edvige ♫ ♪♪
<b>Particularité </b> Particularité :
Un peu d'histoire :

MessageSujet: Re: Les démons du passé...   Ven 12 Nov 2010 - 16:36

Cette question sembla suciter en Lester un flot d'états contradictoirs. Pour commencer, il se mit à greloter plus qu'un enfant appeuré. Plein de petites montagnes poussaient partout sur sa peau. Là, son regard se remplit de colère, à un tel point que Drew ne sut pas si elle devait fuire tant qu'il était encore temps, ou si elle devait attendre que cette aine innexplicable passe.

Soudain il passa du stade de rage à celui de terrifié. Son visage blanc naturelement, pâlit encore plus. Ses tremblements redoublèrent et une grimace entre le dégoût et la souffrance défforma son visage. Drew regarda la sène, paniquée. Non seulement parce que Lester était dans un sal état, mais aussi parce qu'elle ne voulait pas qu'il lui vomisse dessus. Le cuire, c'est pas évident à nétoyer.

Elle le regarda se lever brusquement et tanguer comme un bateau dans une tempète. Alors elle se releva instinctivement et se précipita chez lui. Mais elle ne fut pas assez rapide. Déjà Lester tombait. Le ratraper? Sûrement pas! Elle resquerait de se prendre un coup dans la chute et tomber avec. Elle n'avait sans doute pas assez de force pour retenir un géant comme lui.

Heureusement, il sut faire le travail tout seul. Comme quoi, les lampadaires dans des rues non fréquentées avaient leur utilité...

Connor s'approcha lentement. Elle était très inquiète, elle plésentait lorsqu'elle disait qu'il lui fallait un nom au cas où il mourrait en sa companie. En aucun cas elle ne voulait qu'il crève ici!

- Lester? Vous allait bien? Vous me faites peur, que se passe-t-il?

- Non mais laissez-moi, je veux pas mourir en fait !

- Que dites vous? je ne comprend pas? Je... Je voulais vous aider! Vous n'allez pas mourir, resaisissez-vous!

Rien à faire. Il était en train de délirer. La douleur devait être trop intense et lui faisait perdre la t^te.

Que faire? Que faire? Alors elle se retourna, leva bien haut sa main, et fit un arc de cercle avec, interronpu par la joue de Lester. Les baffes, ça marchaient toujours dans ce genre de cas...


_________________
"Ta gueule ou je te broie les couilles jusqu'à ce que leur jus coule entre mes doigt!" D.C
"On nait pour vivre, on vit pour mourir, on meurt pour avoir vécu" A.P.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mentaliste
Le destin bat les cartes, nous jouons

Lester
Masculin
Age : 24
Mes RPs :

Fan Club RP : 32

Fichier Edvige ♫ ♪♪
<b>Particularité </b> Particularité :
Un peu d'histoire :

MessageSujet: Re: Les démons du passé...   Sam 13 Nov 2010 - 18:02

Les voix, encore les voix à souffler son prénom. Le goût du sang qui à nouveau inonde sa bouche, franchit le seuil de ses lèvres avant qu'il ne salisse le bitume. Une grosse tâche rouge. Sa tête est brûlante et il a un mal de chien, comme si elle explosait. Peut-être que finalement, le coup s'était fait plus fort qu'il ne l'avait supposé et qu'elle avait bien secoué son cerveau, déjà ramollit par x substances.

Il ne revient à la réalité que lorsque la femme le gifle. Sa tête part de côté et il reste quelques seconde, stoïque et penaut, ne sachant que faire. Ses yeux torves fixent le bitume, gravement, et il ne semble plus conscient.
Puis ses paupières bougent, papillonnent pour chasser les milles étoiles qui dansent devant ses yeux. Il relève la tête, en douceur et se tourne vers la femme. Sa peau est diaphane et le carmin de son sang qui, encore frais, vient colorer la commissure de ses lèvres.
Son estomac fait un haut-le-coeur, mais il sait qu'il ne pourra pas vomir car même la bile s'est faite rare désormais.

- Ha la salope !
fulmina-t-il en repensant à l'insurgée dans la rue.

Il ne savait pas que Drew risquait d'interpréter mal ses paroles car elle ne savait pas son histoire. La seule personne de type féminin à ses côté était elle-même. Ou peut-être comprendrait-elle, finalement. De toute manière cela n'avait que peu d'importance, car seul importait son avenir, ce qu'il allait devenir, dans les premières minutes.

Il essuya nonchalamment l'hémoglobine qui souillait son visage, de sa manche de vinyle, immaculée. Tant pis, elle serait souillée...
Puis il releva encore la tête jusqu'à ce que son regard se plonge dans celui de la femme. Elle paraissait affolée, paniquée même. Elle était presque aussi blanche que lui.

Alors Lester, même s'il était mal, lui fit un sourire. Un peu niai, un peu moqueur, un peu ironique, mais un vrai sourire, montrant une dentition blanche quoique pas tout à fait droite.
- Vous inquiétez pas, j'ai déjà été pire. Mais si jamais cette fois-ci est la bonne, je n'aurais pu espérer mieux que de mourir en compagnie d'une fille aussi gentille qu'inconnue. Vraiment, la chance. Comme quoi, un Dieu a peut-être eu pitié de moi, pour ce qu'il me prépare pour plus tard.
Oui, il y aurait pire comme mort. Aussi douloureuse soit-elle, s'il mourrait dans les bras d'une jolie femme, au moins serait-il un chanceux. De plus son cadavre trouverait le chemin de la terre, et ne risquerait pas de tomber entre les mains des charognards des rues.

Finalement, son karma ne pouvait pas être aussi mauvais que prévu...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://froucle.e-monsite.com/

N.O.D
La mort vous va si bien...

Drew Connor
Féminin
Age : 24
Fan Club RP : 1

Fichier Edvige ♫ ♪♪
<b>Particularité </b> Particularité :
Un peu d'histoire :

MessageSujet: Re: Les démons du passé...   Sam 13 Nov 2010 - 18:44

Le choc fut plus intense que prévu. Le visage de Lester pivota violement. Aussitôt des picotements envahirent la main de Drew et remontère dans tout le bras. A cet instant, la jeune femme ne sut pas qui de Lester ou d'elle avait le plus mal. Elle sera sa main contre sa poitrine, espérant calmer la douleur, mais ce n'était pas gagné. Elle n'aurait peut-être pas dû frapper si fort... Mais cette gifle, aida au moin quelqu'un: Lester avait cessé de parler aux esprits et s'était calmé.

Elle apperçut alors le sang sur la lèvre inférieur de Lester. Etait-ce de sa faute? Non, elle n'avait quand même pas frapper assez fort pour le faire saigner. Donc sa venait de cette soudaine crise... Symptôme post-traumatique... Ce n'était pas bon, pas bon du tout. Son agresseur avec donc frappé plus fort que ce qu'elle pensait. Elle ne s'y connaissait pas beaucoup en médecine mais elle savait que ça pouvait être très grave les saignemant de bouche. Peut-être une hémoragie interne.... Mais ça ne correspondait pas très bien à un coup dans la nuque...

Lester la coupa de ses pensés. D'un seul coup, sans aucune raison valable, il la traita de salope. Elle l'avait peut-être gifler, mais ce n'était pas une raison! Elle l'avait remis sur le droit chemain! Elle se retaint de lui en décrocher une deuxième. Déjà parce qu'elle mettait cette insulte sur le coup du choc et du mécontentement, mais aussi parce qu'elle avait assez mal dans le bras à cause de la prémière.

Et là, il lui sourit! Ca le faisait rire de l'insulter! Il se moquait d'elle. Drew devint rouge de colère. Elle s'appréta à lui faire comprendre qu'on ne se moquait pas d'une N.O.D.! Encore moin d'une N.O.D. qui venait de l'aider. Mais elle n'eut pas le temps de laver la main, qu'il parla.

- Vous inquiétez pas, j'ai déjà été pire. Mais si jamais cette fois-ci est la bonne, je n'aurais pu espérer mieux que de mourir en compagnie d'une fille aussi gentille qu'inconnue. Vraiment, la chance. Comme quoi, un Dieu a peut-être eu pitié de moi, pour ce qu'il me prépare pour plus tard.

C'était la meilleur! D'abord il l'insultait, puis il la complimentait! Et puis quel pessimiste! Il se voyait déjà en train de mourir en la compagnie de Connor. La folie passagère s'empara de la jeune femme. Elle leva à nouveau sa main et frappa l'homme au même endroit qu'avant. Mais un peu moin fort cette fois.

- Vous êtes fou! Vous m'avez fait une de ces peur! J'ai cru que vous alliez crever ici!

Alors elle pris conscience de son acte.

Je... Vous... Je suis désolée... Je ne voulais pas vous frapper une deuxième fois. Pardon...

Ses joues s'empourprère. Elle était vraiment génée. Lester ne devait vraiment pas être content...

_________________
"Ta gueule ou je te broie les couilles jusqu'à ce que leur jus coule entre mes doigt!" D.C
"On nait pour vivre, on vit pour mourir, on meurt pour avoir vécu" A.P.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mentaliste
Le destin bat les cartes, nous jouons

Lester
Masculin
Age : 24
Mes RPs :

Fan Club RP : 32

Fichier Edvige ♫ ♪♪
<b>Particularité </b> Particularité :
Un peu d'histoire :

MessageSujet: Re: Les démons du passé...   Sam 13 Nov 2010 - 19:53

A peine avait-il fini de parler que la femme devint colérique. En effet, elle avait à présent tellement pâlit, signe du choc qu'elle avait ressenti, que ses bras tremblaient. Il n'arriva pas à se contenter plus et le gifla à nouveau.
La tête de Lester n'opposa aucune resistance, comme si sa nuque déjà ouverte ne parvenait plus à l'aligner dans l'axe du corps.
Il ferma les yeux, retint un gemissement de douleur lié aux éclats de verre qui le tirait dans le mouvement brusque et resta à nouveau quelques secondes, sans bouger. Il prit une profonde inspiration et retourna sa tête vers la femme, lentement.
Son expression était aussi lisse qu'aparavant, comme si rien ne s'était passé, même si le choc refaisait un peu saigner sa nuque et que ses joues se teintaient de rouge à l'endroit où elle l'avait frappé. Mais peu lui importait.

- Vous êtes fou! Vous m'avez fait une de ces peur! J'ai cru que vous alliez crever ici!
Il souriait à nouveau.
Peur, comme si elle tenait à lui. Pourtant il n'était rien à ses yeux, sinon un stupide clochard ! Pourquoi avoir peur à propos de la vie d'un déchet du gouvernement ? Qu'est-ce que cela pouvait lui faire s'il crevait dans cette même rue ?! Était-ce la vue du corps ?
Non, enfin normalement non.
Drew Connor, une femme taillée dans la pierre, aux formes aussi prononcées que ses muscles étaient noueux. Une capitaine, une femme de combat, de sang, de violence. L'armée, la discipline. Ce n'était pas non plus une sinécure. Pour les mentalistes non plus d'ailleurs même si les supplices étaient plutôt morales que physique. Sans doute était-ce pour cela qu'ils étaient plus ou moins fous.

- Hum... Frappez-moi encore s'il-vous-plait. J'aime sentir la douleur que provoque une aussi jolie main sur moi. Un instant durant, elle supplante la douleur de mon crâne.
Et si je meurs, ici comme plus tard, qu'est-ce qui vous dérangera ? Je ne suis qu'un vieil homme laid, un raté, un camé. Je ne comprend pas votre subite « gentillesse ». Soyez donc comme tout le monde : crachez sur les clochards, agenouillez-vous devant le gouvernement, vautrez-vous dans les privilèges. Je ne sais pas moi, mais vous devriez arrêter d'être aussi gentille. Ce n'est pas sain à une époque telle que la nôtre, très chère Drew...

Il n'avait pas peur d'insulter le gouvernement, de prétendre à voir ses failles. Si cette femme restait à ses côtés, il devait sans doute s'agir de tout sauf d'une chien du gouvernement. A moins qu'elle soit comme lui... Mais dans tous les cas, elle n'était pas trop calquée sur l'idéologie dominante actuelle.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://froucle.e-monsite.com/

N.O.D
La mort vous va si bien...

Drew Connor
Féminin
Age : 24
Fan Club RP : 1

Fichier Edvige ♫ ♪♪
<b>Particularité </b> Particularité :
Un peu d'histoire :

MessageSujet: Re: Les démons du passé...   Sam 13 Nov 2010 - 21:49

Cet homme était fou. Il riait. Elle le frappait et il riait. A croire qu'il prennait du plaisir à souffrir. Pensait-il qu'elle prennait plaisir à le faire souffrir? C'était du moin ce que ses parole laissait penser. Il en redemandaait, se vantait d'aimer ça.

Le spectacle qui se jouait devant elle était vraiment pathétique. Voilà maintenant qu'il se plaignait d'être le mal-aimé, le plus moche, le plus, le plus, le plus... Où se croyait-il? Dans un film tragique? Où le héros meurt à la fin en disant: "dites à ma femme que je l'aime"? C'était idiot. Ici, c'était la réalité, non la fiction.

De plus, comprenait-il qu'il fallait un minimum de solidarité? Si tous les gens se crachait dessus ce serait un chaos pire qu'à Novlangue. Si la vie tenait encore, c'était parce que il y avait encore des gens civilisés.

Drew ne sut pas si elle devait lui en donner une troisième bien plus forte que les deux précédentes pour qu'il soit content et qu'il comprenne, ou s'il fallait lui crier dessus, au risque de passer pour une imbécile. Elle opta pour lles deux.

Elle en décrocha une troisième assez intense pour lui faire perdre l'équilibre et hurla:

- Voilà! C'est ça que vous voulez?! Ne croyez-vous donc pas qu'assez de gens souffre et meurt dans cette putain de ville! Il y a assez de malheures pour ne plus en rajouter! J'ai vu assez de gens mourir! J'ai assez souffère...

Drew se laissa tomber à genoux et s'éffondra en larme. Elle repensa alors à cet insurgé qu'elle avait mené au couloir de la mort. Celui qui lui avait tout dit. Puis c'est à tous les autres avant lui, qui sont mort de sa main. Tous ces gens qui n'ont rien demandé d'autre qu'un monde meilleur. Tous ces gens qui cherchaient le bonheures. Tous ces insurgés... Puis vinrent tous ses colègue des Etats Unis...

Soudain elle eut comme un flash back. Elle eut une vision très courte de quelque instant avant l'accident. Elle se souvint de la panique dans l'avion. De tous les appareils qui se crachaient les uns après les autres. Du sentiments d'être le prochain...

Alors c'était comme ça d'être amnésique... Lorsqu'on perdait la mémoire après un fort traumatisme... Un jour on finissait par se souvenir... Lentement... Petit bout par petit bout... Et c'est ce qui venait de lui arriver. Elle avait récupéré un morceau de sa vie. De sa vrais vie... Mais pourquoi fallait-il que les plus maivais souvenirs viennent en premier?

Tandis que toutes ces pensées envahissaient sa tête, Drew pleurait. Les larmes coulaient à flot. Elle avait les mains sur les yeux, cherchant à se cachait. Et offrait un spectacle assez étrange à l'homme qui se tenait devant elle, mais elle s'en foutait. Elle ne voyait plus que ces quelques secondes dans l'avion avant le crache...

_________________
"Ta gueule ou je te broie les couilles jusqu'à ce que leur jus coule entre mes doigt!" D.C
"On nait pour vivre, on vit pour mourir, on meurt pour avoir vécu" A.P.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mentaliste
Le destin bat les cartes, nous jouons

Lester
Masculin
Age : 24
Mes RPs :

Fan Club RP : 32

Fichier Edvige ♫ ♪♪
<b>Particularité </b> Particularité :
Un peu d'histoire :

MessageSujet: Re: Les démons du passé...   Dim 14 Nov 2010 - 15:05

Justement, il n'était pas plus dans la réalité qu'à cet instant. Que croyait-elle, l'utopiste ? Comment, d'ailleurs, avait-elle fait pour résister jusqu'à cet instant ? Elle avait bien dû faire le constat, depuis sa naissance ?
La vie moderne est une pute.
Elle devait ouvrir les yeux, se rendre compte de l'essentiel. En fait, elle était comme lui, à se faire des illusions. Tout était irréel. Elle devait revenir au réel, aux seuls plaisirs encore touchable.
Le plaisir n'existait plus, ne subsistait que des lambeaux de chair que quelques se disputaient comme des chiens galeux. Lester en était l'un d'eux, et elle aussi, même si elle n'en avait pas encore conscience.

- Je sais que c'est dur, mais vous devez ouvrir les yeux, Drew ! Tout n'est qu'illusion autours de nous. Ils ont déjà gagné, ils ont déjà tué la vie. Ce qu'il en reste ? Quelques ersatz de plaisir ! Nous n'avons pas le choix ! Nous ne devons pas faire comme tous : se leurrer l'esprit. Nous devons accepter le monde tel qu'il l'est réellement et apprendre à savourer les vrais plaisirs encore ici : effleurer un corps, savoir quelqu'un à ses côtés. Nous ne sommes pas seuls, Drew, vous êtes l'un des nôtres. Au fond de vous vous le savez. Ouvrez les yeux ! Regardez ce qu'il reste du monde autours de nous. Des ruines, fumantes ! Vous le savez. Ça fait mal, je sais, mais c'est la stricte vérité. Rien ne vaut de vivre à part les plaisirs réels. Nous ne voulons plus nous bercer de mirage. Nous voulons vivre...

Peut-être avait-il été trop fort, trop cinglant ? Peut-être avait-ce été trop brusque ? Mais elle le remercierait, un jour. Car le choc ferait mal, mais il le serait d'autant plus si elle se bercerait d'illusions plus longtemps. Et alors, qui sait dans quel état elle se retrouverait ? Elle était encore jeune, fraiche, plein d'espoir et de naïveté. C'était des traits trop beaux et délicats pour pouvoir la rendre heureuse dans pareille société.

Drew fondit en larme. Cela fit mal à Lester. Il n'était pas inhumain, au contraire, il était bien trop humain pour un monde pareil. Rien que de voir de grosses larmes rouler sur ses joues rouges, il se prit à être triste. Un aussi beau visage, vieillit prématurément par deux yeux boursouflés et larmoyants. Pauvre femme...

Alors il se souvint de lui-même, à Wall street, le jour où il avait eu conscience de tout cela. Il avait été dans le même état, sauf qu'il ne l'avait pas laisser échapper de la même manière. Elle lui ressemblait, elle était comme lui.
Il avait été heureux d'avoir Kleuska, qui lui avait enseigné la vraie voix, qui l'avait consolé. Si elle n'avait pas été là, Dieu sait en ce moment ce qu'il ferait ! Sans elle, il était conscient qu'il n'aurait sans doute pas trouvé la force d'avancer et d'ouvrir réellement les yeux...

Il devait être comme Kleuska l'avait-été pour lui.

Il s'assit à ses côtés et passa sa main derrière elle, en la refermant sur son épaule. Il attira son corps sanglotant contre le sien, jusqu'à ce qu'elle soit contre lui, sa tête sur son torse. Peu lui importait qu'il ne soit pas forcément très propre, qu'elle lui pleure dessus ou n'importe quoi d'autre. Il savait que dans cette situation, le contact humain sincère fait plus que tout autre thérapie. Le contact d'un corps, d'une personne vraiment présente et concernée. Dans sa vie, il n'avait jamais rencontré une personne comme ça avant. Que de la distance, du mépris, de l'impassibilité. Il aurait aimé que cela change. Elle aussi sans doute !

- Allez, pleurez Drew, pleurez pour laisser échapper un maximum de tristesse. Je sais à quel point cela fait mal, mais après, je vous jure, cela sera mieux. Vous prendre conscience de votre force. Il faut souffrir pour vivre... Vous découvrirez un monde nouveau, intraitable, mais vrai, réellement réel. Sans illusions. Je vous assure que ce que vous vivrez, vous le vivrez comme jamais vous n'auriez cru pouvoir vivre ! Chaque geste, chaque parole sera exacerbée. Vous me comprenez Drew ? Vous serez l'une des nôtre et vous pourrez mourir avec le sentiment d'avoir vécu en femme et non en fantôme.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://froucle.e-monsite.com/

N.O.D
La mort vous va si bien...

Drew Connor
Féminin
Age : 24
Fan Club RP : 1

Fichier Edvige ♫ ♪♪
<b>Particularité </b> Particularité :
Un peu d'histoire :

MessageSujet: Re: Les démons du passé...   Dim 14 Nov 2010 - 19:13

Drew commençait à avoir mal à la tête à force de pleurer. Son esprit était totalement chamboulé. Elle ne savait plus trop si tous ce qu'elle vivait étaient réels. En fait elle ne savait plus si sa vie était réelle. Elle était totalement perdue. Les avions, le crache, Novlangue,... N'étaient-ce qu'une illusion? Le fruit d'une grande imagination d'une puissance supérieure quelque part? Ca ne ressemblait pas à Drew de penser comme ça. Elle n'était de loin pas croyante. Elle se doutait qui tous ces malheures ne pouvaient pas être commandités par un bon Dieux quelque part, qui est censé faire le bien. Non. Il n'y avait pas de puissance supérieure...

Elle ne revint à la réalité que lorsque Lester s'agenouilla à côté d'elle et la prit dans ses bras. Ce contacte eut pour effet de multiplier les sanglots. Elle n'avait plus enlacé quelqu'un depuis longtemps... En fait, dans sa nouvelle vie, elle ne l'avait jamais fait.

Alors, il lui parla...

Elle ne comprit pas tout de suite ce qu'il lui disait. Il lui parlait de faire mal, de prendre conscience... Mais de quoi? Il parlait aussi de monde nouveau, de vivre sa vie... Elle n'y comprenait rien... Pourquoi lui servait-il ce discours étrange sur les injustices? Croyait-il qu'elle pleurait pour ça?

Elle repensa à ses propre parole avant qu'elle ne s'effondre lâchement. Elle lui avait dit que ce monde était plein de malheures, et qu'elle avait vu assez de gens mourir. Elle disait aussi avoir assez souffère. Avait-il mal interprété ses parole? Avait-il comprit qu'elle était bléssée pas le monde qui l'entoutrait? C'était idiot! Pourquoi devait-elle pleurer pour cela? Le monde était ce qu'il était. Elle s'en foutait. Elle voulait juste se souvenir...

Elle repoussa lentement Lester afin de pouvoir le regarder dans les yeux. Elle essuya ses larmes pour ressempbler à nouveau à quelque chose, puis elle lui dit:

- Vous vous méprenez, Lester. Vous avez mal comprit mes paroles. En fait, vous ne pouvez pas comprendre ce que je ressent ici et maintenant, ni pourquoi je me suis mise dans cet état. Ce n'est de loin pas à cause du monde dans lequel on vit. C'est plutôt à cause de celui de celui dans lequel j'ai vécu. J'ai enduré tant de choses! Des choses dont vous ne pouvez vous imaginer! J'ai frolé la mort! J'ai perdu tout mes compagnon au combat! Et j'ai oublié ceux que j'aimais...

Drew se releva péniblement et épousseta ses vetements. Elle ne voulait plus parler de ses malheures. Elle ne voulait plus les revivre encore et encore en les narrant. Alors elle en revint à la plaie de Lester.

- Relevez-vous... Assez parlé de mes problèmes. N'avons-nous pas une blessure à soigner? Allez, venez. Ne restons pas ici, il commence à faire froid...

_________________
"Ta gueule ou je te broie les couilles jusqu'à ce que leur jus coule entre mes doigt!" D.C
"On nait pour vivre, on vit pour mourir, on meurt pour avoir vécu" A.P.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mentaliste
Le destin bat les cartes, nous jouons

Lester
Masculin
Age : 24
Mes RPs :

Fan Club RP : 32

Fichier Edvige ♫ ♪♪
<b>Particularité </b> Particularité :
Un peu d'histoire :

MessageSujet: Re: Les démons du passé...   Dim 14 Nov 2010 - 20:04

Ainsi, quelque chose lui faisait mal, à l'intérieur. Comme tous, sans doute. Chacun son poids, son fardeau.
Il en fut un peu émut, de sentir la souffrance à fleur de peau. Un aussi beau visage ne devrait pas être le siège d'une guerre intérieure. Si elle continuait, ses cheveux deviendraient gris avant l'heure et sa peau s'incrusterait de sillons. Car c'est bien connu, le stress et la tristesses fanent la fleur de la jeunesse.

Par contre, elle ne semblait pas aimer le contact humain. Elle le repoussa, en douceur pour ne pas le vexer, mais cela ne paraissait pas lui avoir plu, du moins pas beaucoup. Rien n'apparut sur son visage et elle se força à reparaître comme avant. Elle se contenta d'essuyer ses yeux humides, comme si de rien n'était. Sa voix à elle seule était aussi froide qu'auparavant, lisse comme une chape de béton. Voilà que la nouvelle coulée semblait déjà avoir séchée sur celle, craquelée, de sa tristesse.

Vraiment, incroyable. Cette femme non pucée était étonnante. Elle se contrôlait parfaitement et arrivait à dissocier ses actes de son esprit. Cela dénotait un long apprentissage. Alors à cet instant, il eu la réel certitude qu'il s'agissait d'une N.O.D. Sans doute était-elle gênée par son épanchement. Les militaires n'aimaient pas pleurer. Pourtant, c'était bien la seule chose qui aurait pu faire d'eux des humains et non des machines. Ce que certains d'eux pouvaient être cons !
- Vous vous méprenez, Lester. Vous avez mal comprit mes paroles. En fait, vous ne pouvez pas comprendre ce que je ressent ici et maintenant, ni pourquoi je me suis mise dans cet état. Ce n'est de loin pas à cause du monde dans lequel on vit. C'est plutôt à cause de celui de celui dans lequel j'ai vécu. J'ai enduré tant de choses! Des choses dont vous ne pouvez vous imaginer! J'ai frolé la mort! J'ai perdu tout mes compagnon au combat! Et j'ai oublié ceux que j'aimais...
Lester lui offrit à nouveau un de ses sourires.
- Et c'est là que vous vous méprenez, ma pauvre Drew, car notre environnement forme un tout. Nos tristesses sont l'addition de notre environnement et de nos choix. Le monde, ici comme l'étranger duquel vous venez, en est irrémédiablement la cause, d'une manière implicite comme explicite...
- Relevez-vous... Assez parlé de mes problèmes. N'avons-nous pas une blessure à soigner? Allez, venez. Ne restons pas ici, il commence à faire froid...
Évidemment, il faisait froid. Cela faisait des heures, qu'il avait froid. Ne l'avait-elle remarqué qu'à cet instant ?

La tristesse de cette inconnue, non seulement l'avait touchée, mais l'avait également titillée. Elle refusait de s'attarder dessus, sans doute à cause de sa foutue fierté de N.O.D, à moins qu'elle soit trop soupçonneuse... Il la comprenait, vu le monde dans lequel ils vivaient.

Et puis finalement il l'aimait bien cette petite. Elle avait tellement de choses à apprendre, tellement gentille, avec un restant de naïveté de l'enfance, que c'en était touchant. Il n'avait plus peur de la femme fatale psychopathe ni de la trafiqueuse d'organe. Pour le moment, il n'avait pas peur de Capitaine Drew, aussi Capitaine fut-elle. Elle avait pleuré devant lui, et ce n'était pas rien. Il l'avait trouvée si crédible qu'il doutât que ce puisse être un subterfuge, chose que son esprit tordu aurait tout de suite été amené à penser en temps normal. C'était pour montrer déjà la confiance qu'il éprouvait...

Alors il la suivit, en marchant à son niveau. Déjà, la fierté de marcher accompagné le faisait se sentir un peu moins mal. Une compagnie réconfortante sans doute. Ah, la psychologie, elle répare de nombreux mots, et surtout les corps cassés !
Lester se contenta d'ignorer la douleur, comme il le faisait depuis vingt-sept années de vie. Il enleva les résidus de sang de sa bouche du mieux qu'il le put et reprit sa démarche fière, enfin un ersatz de ce qu'elle était auparavant, histoire d'avoir l'air un minimum digne de la créature pendue à son bras...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://froucle.e-monsite.com/


Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Les démons du passé...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les démons du passé...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

+
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Novlangue est un univers totalitaire inspiré de 1984 (G Orwell) ::  :: Archives de Novlangue :: Novlangue 2040 V1 :: Novlangue -§ Quartiers des Orthodoxes [2040] :: Les bas-fonds [2040]-
Sauter vers: