AccueilNovlangue 2140FAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Novlangue est un univers totalitaire inspiré de 1984 (G Orwell)

Ambiance Blade Runer, The Island, Total Recall, et tant d'autres où les libertés sont étranglées...
Chut! Big Brother... La délation est l'arme des cafards...
Bienvenue dans notre Monde!

 

Partagez | 
 

 Viens boire un p'tit coup à la maison...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Valkyrie
Instrument de plaisir

avatar
Féminin
Age : 105
Mes RPs : En cours :
Mails à Jaden
Avec Mad
Avec le Balafré
Avec Erek

Finis :
Avec Guinea et Jaden
Avec Guinea aussi
Avec Guinea again
Avec Jaden
Jaden, one more time
Avec Nyriss
Avec Nyriss et le Balafré

Fan Club RP : 14

Fichier Edvige ♫ ♪♪
<b>Particularité </b> Particularité :
Un peu d'histoire :

MessageSujet: Viens boire un p'tit coup à la maison...   Mar 7 Oct 2014 - 23:42

La porte s'ouvre en grinçant.
Presque sautillante, la jeune femme entre dans le pub, attirant immédiatement l'attention des gens... Plus par son humeur que par son apparence, il faut le noter.

Elle va s'asseoir au comptoir et tapote le tabouret à côté d'elle.

- Vous v'nez ?

_________________
Mais il faut pas que tu désespères, perds pas espoir

Promis juré qu’on la vivra notre putain de belle histoire
Ce sera plus des mensonges, quelque chose de grand
Qui sauve la vie qui trompe la mort qui déglingue enfin le blizzard
...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Insurgé
Libre, même dans l'esclavage

avatar
Masculin
Age : 27
Fan Club RP : 28

Fichier Edvige ♫ ♪♪
<b>Particularité </b> Particularité :
Un peu d'histoire :

MessageSujet: Re: Viens boire un p'tit coup à la maison...   Mer 8 Oct 2014 - 11:50

« L'alcool est une manière de réagir à la vie dans un environnement surpeuplé. » - Jim Morrison


Elle venait de marquer un point. Mais après tout, chacun à ses propres contradictions. Lui en premier et il le peut pas le cacher de toute manière. Donc il se débrouille pour faire avec, au jour le jour. Si elle lui était pas tombé dans les pattes, il n'en serait pas là. Si l'autre ne s'était pas pointé, il n'en serait pas là non plus. C'est tout l'enchaînement de ces évènements absolument catastrophique qui les ont conduit jusqu'ici. A la base, il était juste là pour faire ses affaires et s'en aller. Qu'on lui donne un flingue et qu'il s'amuse à la roulette russe, ça sera beaucoup mieux.

Elle choisit le Murphy's. Le repère de toute la racaille des environs, ceux qui boivent, fument, crient trop fort. Quand ils ne sont pas trop bourrés, ils arrivent à tenir une discussion. V'là quand plus elle se fait remarquer parce qu'elle est toute bondissante et pleine de vie. Comme si il avait pas déjà assez d'emmerdes. Il vient s'asseoir, tirant à lui un tabouret.

Bouches toi les oreilles sur ce que tu risques d'entendre ici. Je crois que ça ne te ferai pas plaisir. Ici on conspire beaucoup. On boit beaucoup aussi.

Une fois assis, il pose ses deux coudes sur le bar et pose sa tête dans le creux formés. Il est fatigué, en plus d'être à bout de nerfs. Tout son environnement était chamboulé d'un coup, il avait ses petites habitudes, gna gna gna. C'était presque un grand père. Là il avait l'impression d'animer un camp de scout.

Deux pintes, s'il te plaît.

Il connaissait l'endroit. Enfin tout le monde le connait. Derrière le compotoir, des drapeaux irlandais. D'autres de l'IRA. Des vieux portraits d'il y a plus d'un siècle, voir deux. Les héros de l'indépendance Irlandaise. Eux aussi ils aimaient jouer avec de la dynamite. Peut-être que Guinea était Irlandais, dans une autre vie. Il laissa retomber ses bras sur le comptoir quand les deux pintes arrivèrent, la poussant légèrement vers K-Cendre. Il se tourna légèrement vers elle, la regardant pendant un instant, cherchant ces mots :

Hum... Comment c'est déjà ? Il faut être toujours ivre. Tout est là : c'est l'unique question. Pour ne pas sentir l'horrible fardeau du Temps qui brise vos épaules et vous penche vers la terre, il faut vous enivrer sans trêve. Mais de quoi ? De vin, de poésie ou de vertu, à votre guise. Mais enivrez-vous...

Il avala ensuite une gorgée du breuvage.

_________________
« La révolution c'est comme une bicyclette : quand elle n'avance pas, elle tombe. » Eddy Merckx Che Guevara

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Valkyrie
Instrument de plaisir

avatar
Féminin
Age : 105
Mes RPs : En cours :
Mails à Jaden
Avec Mad
Avec le Balafré
Avec Erek

Finis :
Avec Guinea et Jaden
Avec Guinea aussi
Avec Guinea again
Avec Jaden
Jaden, one more time
Avec Nyriss
Avec Nyriss et le Balafré

Fan Club RP : 14

Fichier Edvige ♫ ♪♪
<b>Particularité </b> Particularité :
Un peu d'histoire :

MessageSujet: Re: Viens boire un p'tit coup à la maison...   Mer 8 Oct 2014 - 12:55

Il arrive en trainant la patte et en regardant partout d'un oeil méfiant. Ce doit être ça, avoir mauvais caractère... Se méfier de tout...
Que peut il avoir perdu pour en arriver là ? Femme, enfants ? Amis, ça c'est sur : personne peut résister à ça trop longtemps.

Elle tend la main, hésitante, et finit par la poser sur la nuque de Guinea, la caressant du bout des doigts, puis plus franchement, grattant le cuir chevelu.

- Si vous vous abstenez de me reparler de mon métier de façon désagréable... Je peux vous proposer un massage en dédommagement des ennuis que je vais sans doute encore vous causer.

Elle regarde autour d'eux.

- Parce que là... Je sais absolument pas me débrouiller, ici. Ni pour manger, ni pour me loger, ni pour rien. Je vais devoir me taper l'incruste. Auprès de vous.

La caresse se fait plus douce.
Elle ne cesse qu'à l'arrivée des bières. Une pinte dans sa petite main, c'est comme un chaton angora devant une carcasse de poulet faisandé : incongru.

- A la vôtre, poète.

Elle boit quelques gorgées, le regarde, battant de ses jambes nues et maculées de boue.

- Alors... Comment ça se passe, ici ? Je suppose que chanter n'est pas une option de carrière, vu que mon don est toujours actif. ... Une idée ?

Elle lui lance un regard noir.

- Et non, j'écarterai pas les cuisses de façon tarifée, même si c'est ce que vous pensez que je vaux.

Ah tiens. La discussion a l'air d'intéresser le public...

_________________
Mais il faut pas que tu désespères, perds pas espoir

Promis juré qu’on la vivra notre putain de belle histoire
Ce sera plus des mensonges, quelque chose de grand
Qui sauve la vie qui trompe la mort qui déglingue enfin le blizzard
...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Insurgé
Libre, même dans l'esclavage

avatar
Masculin
Age : 27
Fan Club RP : 28

Fichier Edvige ♫ ♪♪
<b>Particularité </b> Particularité :
Un peu d'histoire :

MessageSujet: Re: Viens boire un p'tit coup à la maison...   Mer 8 Oct 2014 - 13:39

« L'alcool est une manière de réagir à la vie dans un environnement surpeuplé. » - Jim Morrison


La pinte retomba lourdement sur le comptoir. Décidément, on était au-delà de la haine. Il passa ses mains dans ses cheveux, histoire de les remettre correctement en arrière, avant de la regarder. Il savait pas si c'était un jeu, si elle le faisait exprès ou si elle voulait qu'il s'énerve pour de bon. Mais ce genre de petit jeu, c'était marrant quand c'est lui qui menait la danse. Quand on est obligé de plier et de suivre l'autre, on en a moins envie. En plus, il était fatigué. C'était plus nerveux, c'était physique.

Tu m'emmerdes. Je t'emmerde. J'ai dis que je m'excusais. Tout comme je n'ai jamais dis que tu valais seulement ça. Putain de petite école. J'aurai mieux fait de te laisser avec l'autre malade, lui il t'aurait déjà fais fermer ta gueule depuis longtemps.

Il se leva avec sa pinte de bière, sans dire d'autres mots et fit quelques pas au milieu du bar. La discussion n'avait échappé à personne, malgré le bruit, les discussions et l'atmosphère du bar. Tout les regards s'étaient posés sur lui. Fait chier pensa t-il, maintenant il risque encore d'avoir d'autres emmerdes.

Quoi ? Vous voulez ma photo ? Si il y en a un qui est pas jouasse, il y a une Valkyrie là bas, juste derrière moi. Amusez-vous bien, j'en ai marre de faire le baby-sitter pour des ingrats.

Il dit ça en la pointant du doigt et en traînant les pattes jusqu'à une table vide, pas très loin. Il posa sa pinte, retira son manteau qu'il mis sur le dossier de la chaise, s'installa et posa ses deux pieds sur la table, se basculant en arrière sur sa chaise. Tout ça ne le concernait plus maintenant. Il ferma les yeux, faisant abstraction de tout ce qui allait se produire autour de lui.

Hey Moses, tu pourrais pas passer du Motorhead s'il te plaît ? Je crois que ça va bien coller avec l'ambiance là.

Lâcha t-il, avec un demi-sourire. Puis il passa ses deux mains derrière sa tête, recommençant à se basculer en arrière. Dès lors, la musique fut envoyée :



Parfait. Là ça envoyait du lourd. Alors c'était certes moins poétique que tout ce que K-Cendre avait pu chanter jusqu'ici, mais là on était ailleurs. L'as de pique, toussa toussa. De quoi vous foutre des frissons. Merde, il ressemblait de plus en plus à l'autre taré balafré.

Parce que tu vois t'es douée, mais toi t'es là et Lemmy il est là. Médites là dessus, tant que tu le peux encore.

Dit-il, en se saisissant de sa pinte de bière et en buvant plusieurs gorgées. Maintenant, ce n'était plus de son ressort toute cette merde. Advienne que pourra.

_________________
« La révolution c'est comme une bicyclette : quand elle n'avance pas, elle tombe. » Eddy Merckx Che Guevara

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Valkyrie
Instrument de plaisir

avatar
Féminin
Age : 105
Mes RPs : En cours :
Mails à Jaden
Avec Mad
Avec le Balafré
Avec Erek

Finis :
Avec Guinea et Jaden
Avec Guinea aussi
Avec Guinea again
Avec Jaden
Jaden, one more time
Avec Nyriss
Avec Nyriss et le Balafré

Fan Club RP : 14

Fichier Edvige ♫ ♪♪
<b>Particularité </b> Particularité :
Un peu d'histoire :

MessageSujet: Re: Viens boire un p'tit coup à la maison...   Mer 8 Oct 2014 - 16:10

Il ne va pas... ? Non !

Elle le regarde s'éloigner en blêmissant, aussi choquée que si elle venait de prendre une douche de glaçons sans préavis. Et aussi dépourvue.
S'il voulait lui donner une leçon, une gifle aurait suffi. S'il voulait la tuer... Hé bien il aurait été plus charitable de le faire lui même, parce que là, ça risque d'être moyennement agréable, comme moment.

Elle laisse son regard dériver sur la salle, repérant les mouvements discordants qui ont sa personne comme épicentre. 5. Non, 6. C'en est 5 de trop pour que ça finisse bien, d'autant que cet enfoiré lui a fait perdre sa seule arme en mettant du son à fond.

Ils arrivent devant -et derrière- elle. Celui qui s'est arrangé pour être en face la regarde en se pourléchant presque les babines.

- Je ne suis pas armée. Et... Nous ne sommes pas ennemis.
- J'm'en fous. Et c'est toi qui le dis.

Il pose sa pogne sale sur sa cuisse qui l'est presque autant, et elle déglutit. Ils se foutent de savoir si elle est une méchante ou non. Ils vont casser un jouet qui appartient à l'Etat, et ça, ça les fait bander.

Elle jette pas un seul regard en direction de Guinea. Si ça se trouve, il se marre. Ou il en a rien à foutre.
Mais elle espère que ce qui va se passer après l'empêchera de dormir tranquille. Au moins une heure ou deux.

- S'il vous plait. Je suis venue parce que j'ai eu un souci avec un Mentaliste, pas dans le but de faire chier...
- Rien que ta présence fait chier, miss Proprette. Chuis sûr que tu te crois meilleure que nous. C'est pour ça que t'entendre crier grâce, ce sera bon.

Sa main remonte sous la jupe.
Mais ils ont quoi, à vouloir la faire crier, aujourd'hui ? C'est définitivement pas l'utilisation optimum de son organe pourtant...

Il y a maintenant une décision rapide à prendre.
Se laisser faire en espérant qu'ils se lassent ?
Pas se laisser faire ?

L'intérêt de la seconde solution, c'est que ça finira bien pus vite, vu leurs gabarits et le sien.
L'intérêt de la première : la survie reste possible.

...

Non.
Franchement non, merde.

Sa main se raffermit sur la pinte de bière et, sans préavis, elle l'abat sur le visage de celui qui la touche. Et ça ne fait pas un bruit dans le bordel ambiant, mais il y a du verre qui vole partout, et du sang. Dans la seconde de stupeur qui s'ensuit, elle s'est glissée au sol, disparaissant presque entre leurs jambes.

Filer serait débile : au lieu de 6 poursuivants, elle en aurait des dizaines, faut régler le souci à l'intérieur.

_________________
Mais il faut pas que tu désespères, perds pas espoir

Promis juré qu’on la vivra notre putain de belle histoire
Ce sera plus des mensonges, quelque chose de grand
Qui sauve la vie qui trompe la mort qui déglingue enfin le blizzard
...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Insurgé
Libre, même dans l'esclavage

avatar
Masculin
Age : 27
Fan Club RP : 28

Fichier Edvige ♫ ♪♪
<b>Particularité </b> Particularité :
Un peu d'histoire :

MessageSujet: Re: Viens boire un p'tit coup à la maison...   Mer 8 Oct 2014 - 18:32

« L'alcool est une manière de réagir à la vie dans un environnement surpeuplé. » - Jim Morrison


Tranquillement assis sur sa chaise, entrain de se balancer, la tension semblait monter non loin. Mais dans l'immédiat, il n'y avait que la musique qui l'intéressait. Cette voix, cette classe, tout était parfait. Un bon son, une bonne bière. C'était ça la liberté et c'était ça la vie. Il ouvrit son oeil pour regarder ce qui était entrain de se passer. Commençait à avoir un attroupement. Sans doute que ça allait mal finir. Tant mieux, comme ça il resterait dans le moove pour la soirée et serait bien en jambe pour le reste qui allait venir.

C'était affreux. Il y a une trentaine deminutes, Guinea affirmait qu'ils n'étaient pas comme ceux d'en haut. Au final, tout ça c'est juste du matériel, des bestiaux qui ne cherchent qu'à repousser leurs frustrations sur quelque chose de beau, pour le détruire. Reflexe naturel. Guinea devrait s'en inquiéter mais au lieu de ça, il est reste à côté. Il donne des coups sur la table en suivant le rythme de la musique. C'était vraiment un bon son. Il était dedans. Puis, un bruit de verre cassée. Des cris. Il tourna la tête. Elle venait de foutre un des mecs au sol, enfin presque. Il leva sa pinte :

Ouaaaaaaaaaaais ! Vas'y Kassou, vas'y Kassou, vas'y !

Avec un grand sourire au lèvre, pendant qu'il était entrain de continuer de boire. Puis, un instant après, elle n'était plus là. Bordel, c'est Udini cette nana ou bien ? Il se redressa légèrement pour essayer de la trouver du regard, mais non. Elle devait être entrain de se cacher dans un coin. Oh tiens... Elle essaye de s'esquiver. Lui pendant ce temps, demande du tabac pour se rouler une clope. Peut-être qu'il devrait allez l'aider. Mais en fait, c'est une leçon de vie qu'il est entrain de lui apprendre. loin de son monde feutré, il y a autre chose. La brutalité, la violence. Des trucs qui semblent oubliés là haut. Mais qui existent pourtant. Dans une société, si il n'y a pas de conflits, elle meurt. Voilà, bienvenue dans la réalité.

Alors qu'une bagarre général était entrain de se balancer, un verre vola juste au-dessus de la tête de Guinea, alors qu'il venait de rouler sa clope. Puis un deuxième. Il s'écroula avec sa chaise, se redressant tout aussi vite en mettant sa cigarette en bouche. Il colla une droite au premier bonhomme qui vient lui faire face, suivi d'un coup de boule pour le second. Une fois ceci accompli, il attrapa sa pinte, la vida d'un coup et lança :

BASTON GENERAAAAAAAAALE !

Là, ce fut l'Apocalypse. Tout le monde commençait à se foutre sur la gueule, alors que la musique continuait à cracher, du bon son bien heayv, bien roque. Alors que tout le monde était entrain de s'entretuer, Guinea en profita pour ramasser son manteau et l'enfiler, se mettant à chercher K-Cendre entrain de ramper dans un coin. La soulevant par le col de son pull trois fois trop grand pour elle, il la porta de cette manière pour la mettre à l'abri, derrière le bar, evitant les bouteilles qui volaient et la pluie de coups qui pouvaient s'abattre sur lui. Puis pendant dix minutes, le bordel continua. Encore et encore.

Chose irréaliste, tout se calma au bout de ces dix minutes. Plus de musique, plus rien. Tout le monde se regardait. Puis... Tout le monde éclata de rire. Drôle d'ambiance, mais après tout, c'est un bar Irlandais. Si on se fout pas sur la gueule une fois par soirée, ça ne va pas. Dès lors, on ramasseles blessés, on remasse les morceaux de verres, les bouteilles, on éponge le sang. Certains sont méchamment blessé, d'autres moins. Guinea aide certains à se relever. Il attrape par les oreilles celui qui s'en est pris à K-Cendre, la montrant du doigt :

On dit quoi à la demoiselle ? On dit ? Paaaa... rdon. Répètes un peu ? Paaaar...don. Encore une fois ? Paaaardon. C'est bien, va stopper ta blessure, ça pisse le sang.

Tranche de vie normal chez les insurgés. Enfin, la soirée repris son cours, comme si de rien n'était. Guinea se faufila derrière le bar, demandant un verre d'eau pour la Valkyrie, histoire qu'elle s'en remette. Il reste silencieux à côté d'elle, regardant le bar entrain de reprendre sa vie nocturne, comme si de rien n'était. Il était bien, il était chez lui. Quand à la petite, elle semblait horrifier.

Oui, c'est la civilisation je sais. En fait, ça fait peur hein ?

Lança t-il, en remettant les cheveux en bataille de la Valkyrie et tentant de la rassurer sur ce qui venait de se passer.

La prochaine fois, pense aussi à lui viser les parties. Je pense que ça le calmera direct. Tu vois le genre ? Un bon coup bien placé et on en parle plus !

_________________
« La révolution c'est comme une bicyclette : quand elle n'avance pas, elle tombe. » Eddy Merckx Che Guevara

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Valkyrie
Instrument de plaisir

avatar
Féminin
Age : 105
Mes RPs : En cours :
Mails à Jaden
Avec Mad
Avec le Balafré
Avec Erek

Finis :
Avec Guinea et Jaden
Avec Guinea aussi
Avec Guinea again
Avec Jaden
Jaden, one more time
Avec Nyriss
Avec Nyriss et le Balafré

Fan Club RP : 14

Fichier Edvige ♫ ♪♪
<b>Particularité </b> Particularité :
Un peu d'histoire :

MessageSujet: Re: Viens boire un p'tit coup à la maison...   Mer 8 Oct 2014 - 19:07

Ces gens
Sont des
PUTAINS
DE
MALADES !!!

L'Apocalypse s'est déchainée pendant... pendant... bien trop longtemps. Elle a failli se faire gauler plusieurs fois, ce n'est que parce que ces tarés se seont mis à s'entretuer qu'elle y a échappé.

Enfin, pas à tous. Le taré en chef l'a retrouvée, à croire qu'il a un sixième sens spécial Valkyries terrorisées. Et il l'a foutue à l'abri. Enfin. Tant que faire se peut. Elle s'est roulée en boule en attendant que ça passe.

Et c'est passé. Presque d'un coup. Ils ont tous ri en se mettant des claques dans le dos, ils ont ramassé blessés et chaises cassées, un type est venu s'excuser -là, elle a failli fuir en courant : c'était celui qui l'avait touchée- enfin... un truc de fous.

Et l'autre gland qui veut faire passer ça pour une leçon de vie. Elle voit rouge, la gamine, elle repousse son verre d'eau et le chope au col en le secouant.

- ET SI C’ÉTAIT A VOUS QUE JE PÉTAIS LES BURNES NON ? VOUS ÊTES CELUI QUI M'A FAIT LE PLUS PEUR CE SOIR, ESPÈCE DE GRAND CON ! J'AURAIS PU Y LAISSER MA PEAU, OU ME FAIRE PASSER DESSUS PAR TOUT UN BAR ET VOUS ME PARLEZ CIVILISATION ? ESPÈCE DE DÉGÉNÉRÉ NOTOIRE !

Elle le bourre de coups de poings au niveau du torse, essayant de ne pas lui faire le plaisir de pleurer pour lui.

Loupé.

- J'ai même pas compris pourquoi vous m'aviez "punie"... Ce que je vous proposais, c'était pas méchant, pas une insulte... Ça n'utilisait pas mon pouvoir... Je vous comprends pas...

Elle recule un peu, s'essuie nez et yeux dans le pull et boit un peu d'eau.

Elle se relève ensuite.

- Je crois que je ferais mieux de me barrer. Vos méthodes éducatives vont finir par me tuer. Ou par vous coûter vos couilles si je pète un plomb. Merci pour... pour Shakespeare et pour le bordel que vous avez fait de ma vie. Si vous avez besoin d'une Valkyrie un jour, oubliez pas de demander à une autre. Et bonne chance pour éviter le mentaliste psychopathe. Moi, je pense que j'aurai pas de bol à ce niveau.

Sourire froid.
Elle se détourne et se dirige vers la porte d'un pas un tantinet chancelant.

_________________
Mais il faut pas que tu désespères, perds pas espoir

Promis juré qu’on la vivra notre putain de belle histoire
Ce sera plus des mensonges, quelque chose de grand
Qui sauve la vie qui trompe la mort qui déglingue enfin le blizzard
...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Insurgé
Libre, même dans l'esclavage

avatar
Masculin
Age : 27
Fan Club RP : 28

Fichier Edvige ♫ ♪♪
<b>Particularité </b> Particularité :
Un peu d'histoire :

MessageSujet: Re: Viens boire un p'tit coup à la maison...   Mer 8 Oct 2014 - 20:23

« L'alcool est une manière de réagir à la vie dans un environnement surpeuplé. » - Jim Morrison


Avoir mal. Sentir l'adrénaline. Savoir que l'on va devoir se défendre. C'est être humain, quoi qu'on en dise. Mais c'était trop grand, trop gros pour elle. Sa réaction est parfaitement compréhensible. Il aurait certainement réagit de la même façon si il avait été à sa place. On se serait cru au zoo, pendant un moment. Mais un zoo assez particulier, avec toute la racaille et toute la lie de l'humanité. Ceux qui ne sont pas aimé, qui sont oubliés et qui sont méprisés. C'est ce qu'elle ne voulait pas comprendre. C'est ce qu'elle ne pouvait pas comprendre. Il lui fallait sauter une barrière, qu'elle ne pouvait pas sauter.

Elle lui a crié dessus. Elle pleuré sur lui. Et lui, il n'a rien esquissé. Pas un remord, aucun trait sur le visage, rien. Comme il est d'habitude, un monstre froid, dépourvu de sensations. Les rares fois où il arrive à montrer qu'il a encore un aspect purement humain, ça ne dure que quelques instants. K-Cendre n'a pas compris pourquoi tout ça, pourquoi il en est venu à là. Guinea est devenu un piètre pédagogue.

Je recherche pas une Valkyrie, je m'en cogne des Valkyries. Ce que tu ne comprends pas, c'est que les gens qui sont ici, sont peut-être des dégénérés, mais ils te regarderons comme une personne normale, pas comme un objet chantant. Mais ça tu peux pas le comprendre. Même moi qui est un oeil en moins, je suis capable de le comprendre.

C'était pas une punition. Quand il eut dit ça, la totalité de la salle se leva pour regarder K-Cendre, dans un profond silence. Un silence pesant. Non pas parce qu'ils voulaient 'la tuer', mais parce qu'ils approuvaient ce que Guinea venait de dire. Ici, aucune différenciation sociale. Aucun pouvoir structuré. Chacun est libre, tant qu'il respecte la collectivité. Une sorte d'utopie mise en pratique. Quelque chose de bien, mais parfois destructeur : Il suffit de regarder l'état du bar pour ça. Puis, sortant de la masse, un jeune homme assez amoché s'approcha de K-Cendre, pour lui ouvrir la porte, tenant dans l'autre main, un paquet. Dans ce paquet, des vêtements propres, quelques babioles stupides.

Ces dégénérés sont mes amis, mes frères, soeurs et camarades. Nous avons tous perdu quelqu'un ou quelque chose. Mais toi... Toi tu ne penses qu'à allez faire des concerts. Va donc chanter, va donc te montrer en spectacle. Si tu cherches des personnes avec de la dignité, tu en trouveras ici.

Il croisa les bras, tout le monde venait de se rasseoir. Il pris le verre d'eau à moitié rempli et le donna au barman, avant de faire lui-même le tour du bar et de se remettre au comptoir. Il sortit son zippo et alluma sa sèche. Il tira dessus plusieurs fois, avant de faire un signe au petit gars qui tenait la porte.

Bordiga. Conduis mademoiselle jusqu'au Checkpoint 3. Il y a une sortie pas trop loin, qui devrait la ramener vers le quartier des Valkyries. Veilles à ce qu'elle se change, qu'elle soit présentable. Cette personne à une stature sociale tu comprends, pas comme toi, sale dégénéré.

Il déposa de la cendre dans un des cendriers, faisant signe au barman de lui servir une nouvelle pinte.

Quand à l'autre balafé. Je vais le retrouver. Je vais le tuer. Si tu le vois, dis lui ça de ma part. Je sais que tu vas failloter, après tout, t'es une Valkyrie. Créature de luxure crée par l'Etat, donc tu iras rendre tes comptes à ton patron. Enfin, si il ne t'étripe pas avant... Enfin, t'arrives pas à comprendre de toute façon.

Il attrapa sa pinte quand elle lui fut tendue et la leva, en direction de K-Cendre et en direction du reste de la salle, qui fit de même, à l'unisson. Avant qu'elle eu franchit la porte, un air de cornemuse se fit entendre. On se croirait en Ecosse, vert patûrages et tout ça. Et ils se mirent à chanter, comme des forcenés, à en faire trembler les murs.

Should auld acquaintance be forgot
And never brought to mind ?
Should auld acquaintance be forgot
And days of auld lang syne ?




C'était une bande de connards. Guinea les aimait. Il se sentait bien là. C'était le principal.

_________________
« La révolution c'est comme une bicyclette : quand elle n'avance pas, elle tombe. » Eddy Merckx Che Guevara

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Valkyrie
Instrument de plaisir

avatar
Féminin
Age : 105
Mes RPs : En cours :
Mails à Jaden
Avec Mad
Avec le Balafré
Avec Erek

Finis :
Avec Guinea et Jaden
Avec Guinea aussi
Avec Guinea again
Avec Jaden
Jaden, one more time
Avec Nyriss
Avec Nyriss et le Balafré

Fan Club RP : 14

Fichier Edvige ♫ ♪♪
<b>Particularité </b> Particularité :
Un peu d'histoire :

MessageSujet: Re: Viens boire un p'tit coup à la maison...   Mer 8 Oct 2014 - 22:05

- C'est toi qui n'as rien compris.

Elle repousse le sac de vêtements, se tourne vers le borgne avec une lassitude teintée de mépris.

- Moi, je suis venue sans espérer voir ni monstres ni sauveurs. Je suis venue découvrir quelque chose. Et qu'est ce que tu m'as montré ? Le pire. Tu m'as toujours considérée comme une Valkyrie sans voir que je pouvais être un être humain. Et là, tu m'as bien démontré que non, j'aurais jamais aucune place ici, que je servirais jamais à rien, que j'étais minable. Merci.

Elle regarde autour d'eux.

- Au lieu de me montrer que ce qu'on dit en haut est faux, que le fait de pas porter d'End Vice ne vous rend pas nécessairement mauvais, tu m'as bien mis le nez dans le fait que sans ça, on est des animaux. Enfin. Vous. Puisque moi, je me contrôle.

Elle hausse une épaule.

- Ouais, j'ai une stature sociale. Que j'ai acquise en bossant, ne vous déplaise. Pas en claquant des doigts. Pas en terrorisant des jeunes filles. Stupéfiant, hein. Alors, la ramène pas avec ma soit-disant non ouverture d'esprit, parce que vraiment tu cherches la paille dans mon œil sans voir la poutre dans le tien.

Elle ouvre la porte.

- Et si je parle de toi à l'autre dingue, ce sera pas parce que je le dois, mais parce que je le veux. Parce que tu t'es conduit comme un connard. Merci pour la balade, j'aurai pas besoin de nounou.

Elle sort, refermant la porte doucement derrière elle.

_________________
Mais il faut pas que tu désespères, perds pas espoir

Promis juré qu’on la vivra notre putain de belle histoire
Ce sera plus des mensonges, quelque chose de grand
Qui sauve la vie qui trompe la mort qui déglingue enfin le blizzard
...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Insurgé
Libre, même dans l'esclavage

avatar
Masculin
Age : 27
Fan Club RP : 28

Fichier Edvige ♫ ♪♪
<b>Particularité </b> Particularité :
Un peu d'histoire :

MessageSujet: Re: Viens boire un p'tit coup à la maison...   Mer 8 Oct 2014 - 23:53

« L'alcool est une manière de réagir à la vie dans un environnement surpeuplé. » - Jim Morrison


Au final, ces paroles avaient été couvertes par la musique. Chacun tapait des pieds et des mains, couvrant sa voix. Personne n'avait envie d'entendre. Personne n'avait envie de comprendre. il y aura toujours des différences impossible à départager entre ceux d'en haut et ceux d'en bas. Elle était partie, pourtant tout le monde continuait à chanter. Encore et encore. Puis plus rien. Chacun se remit à faire ce qu'il était entrain de faire, dans une valse d'applaudissements qui cependant, ne semblaient pas en finir. Le barman se pencha vers Guinea, mais ce dernier fit un geste de la main, pour qu'il ne dise rien.

Mussolini, qui était une ordure et un salopard fini, disait quelque chose comme "Beaucoup d'ennemis, beaucoup d'honneur". Je pense qu'il est temps de frapper plus fort. Rasons ces saloperies, une bonne fois pour toute. C'est eux ou nous. Il est temps que la peur change de camp.

Il se leva de son fauteuil, allant rejoindre une table bien rempli, pour se joindre à une énième discussion sur l'avenir. Guinea savait que l'attentat à l'Opéra était un demi-pétard mouillé. A cause de sa maladresse, à cause de son attachement à des saloperies portant des fleurs. Ah l'humanité... Cet espèce d'arrière goût qui vous reste dans le palais et qui vous donne envie de vomir.

Va falloir plus que de la dynamite... Je sais où trouver ça. Ne t'en fais pas. Bordiga, suis là. Discrètement si possible. On va jouer au bowling dans pas longtemps.

_________________
« La révolution c'est comme une bicyclette : quand elle n'avance pas, elle tombe. » Eddy Merckx Che Guevara

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Viens boire un p'tit coup à la maison...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Viens boire un p'tit coup à la maison...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

+
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Novlangue est un univers totalitaire inspiré de 1984 (G Orwell) ::  :: Archives de Novlangue :: Novlangue 2140 :: Bas-fonds et Mirail-
Sauter vers: